OGR

Avant-propos

Enfants - Os de Poésie Nycéphore

Date du document : 1999

ENFANTS

Il y eut de multiples mouvements d’enfants avant cela.

L’enfant : sa raison d’être, son globe, sa lampe,

Petit sourire mutin du matin créant des fossettes à la journée

(Affres des os des songes, cent mille douleurs distinguées !).

Comment placer ce suspens, garder la perte sans la peur ?

Quand ça sort, on reste bête !

(lire la suite…)

Publié le 14 novembre 2018 dans texte OGR document

Le Futur - Livre Poétique de Nycéphore. Os de Poésie

Date du document : Après 1984

Le Futur

Oui, nous irons dans un petit hôtel de campagne à colombages pour la lune de miel,

Admirant les troupeaux de vaches grasses dans les prés du Herrefordshire

À travers les fenêtres à vitraux ;

Et avec la petite voiture verte

Nous monterons jusqu’en haut de la colline :

Un point de vue magnifique

Qui renvoie à un autre surplomb dans le souvenir, en Alsace ;

(lire la suite…)

Publié le 2 novembre 2018 dans texte OGR document

On se Croise ! - Os de Poésie

Date du document : Février 1982

ON SE CROISE !

Bassins comblés de houille, vous n’êtes plus de vastes jardins fleuris ; les enfants vont avec les pauvres, croisade Acéphale, oeillets splendides issus du sang d’Ajax !

Avant cela : famines ! Faute de blé, on mange des rhizomes, et on va !

(lire la suite…)

Publié le 3 octobre 2018 dans texte OGR document

Au fond du Chant - Os de Poésie

Date du document : Avril 1968

AU FOND DU CHANT

 

Au fond du chant, époques des maison chères et d’autres antres de magie, la nuit venue. Je plonge, au lieu de rentrer directement de l’École, par un détour aux jardins d’onyx et je m’assoie posément sur un banc pour fixer dans les vastes soirs de la Marne tout ce que l’enfant ne savait préciser.

On mâche une dernière croûte de pain alors que la troupe passe sous les platanes. Grande misère et tristesse de l’image télévisée au sein des hurlements chez les cousins Perez ; bonheur radiophonique de l’enfant seul enfin chez lui. Il l’a retenue par la manche ; elle lui a dit :
« Éteins !… » Elle s’est laissée déshabiller, embrasser, caresser… L’enfant nu, la femme défendue, le mystère…

 

(lire la suite…)

Publié le 3 octobre 2018 dans texte OGR document

Loups ! - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : 1979

31. Loups !
(La laisse deleatur)

Lézard et Serpent d’abord ;
L’orage au ciel, la rage au sol
Sur Marie Gay, défigurée
Sous la lune, en prairie fraîchie de six heures,
Et frise des bois glacés.

C’est du cirque où marche un ours
Chocolant ventre d’un an, de Limoges,
Que les montreurs de ménagerie
Ont lâché une louve enragée, bavante.
« Empeste au diable, ch’tit chien noir ! »

Neuf jours badés, neuf jours barrés,
Neuf jours de chair, neuf nuits de sang,
Loups renaissant parmi les failles,
Trois mois sur l’herbe et trois sur vent,
Ayant réduit enfant en bouillie pour croire,

Pour surgir. Cachés en ronces et faits de bords,
Eux, enhardis d’impunités en leurs aziles,
Dépècent dans l’Initiation d’autres viandes ;
Et les fleurs blanches dont abonde
Le ciel défait, vibrent à leurs dents d’acacias.

(lire la suite…)

Publié le 11 juin 2018 dans texte OGR document

L'Émoi 68 - La Science du Jour

Date du document : Avant 1984

Que faisiez-vous en Mai 1968 ?

À cette question inquisitrice, un ami suisse répondait “Je courais le Marathon.”ce qui avait la double vertu d’être vrai et très utile à ce moment-là.

Un autre grand philsophe hégélien et belge (grand pour moi entre mille autres choses par sa pratique croisée de la musculation et du tennis et cette phrase : “La cuisine belge, c’est la qualité française alliée à la quantité allemande.”), apprenait à ce moment-là à sauter à travers les vitres des cafés avec un casque de moto pour éviter une répression redoutable (et les éclats !).

Voilà deux hommes pragmatiques.

Dans ce que O. N. appelle ici “l’Académie”, École d’Art à Bordeaux il y a eu beaucoup de liens avec la Fac de Lettres, le Campus et la Fac de Sciences, mais plus encore avec les amis du C.R.E.P.S. coureurs et boxeurs. Des liens également avec ces deux capitales que sont Toulouse et Paris.

Il y a eu aussi des bousculades majuscules et pas mal d’errances dans le bon sens.

L’engagement est devenu tout de même très vite balnéaire dès juillet (malgré l’Université d’Été au Campus), et pour la rédaction du grand projet pédagogique futur il n’y avait plus que trois personnes à l’Académie, et quatre dans le bureau de Chaban pour le “rendez-vous ultimatum” d’évacuation du chef de guerre le samedi 16 juin.

Il y aura certainement eu à partir d’aujourd’hui des héros grandioses des barricades d’hier (dont d’aucuns devaient être barricadés chez eux), ou le professeur Fromage (qui ne cesse de couler en peinture !), mais le plus drôle est certainement de s’apercevoir combien on était ailleurs et parfois même dans une inactualité absolue.

Pierre G. Sivocq

(lire la suite…)

Publié le 8 juin 2018 dans OGR (épanchements) OGR

Géographie - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : 1979

32. Géographie

“Ainsi s’unissent astres et planètes, Fogazarro,
Non par le corps, mais par la lumière ; ainsi
Les palmiers non par la racine mais le feuillage.
Voici nos noms sortis des forêts, sentant le fauve.”

« Au milieu des lions te voilà ! C’est toi qui descends,
T’assieds tranquille ! » disait le maître de Géographie,
Tendant sa cannevelle immense sertissant la craie
Vers la carte, à propos de la Louve.

Lutte avec l’Archange, chastes récits vivants !
Plus qu’aucun autre, “çui des images”
Passant à travers philtres le moindre zéphyr lu

(Un élève du Sodoma : Ricciarelli, dit Le Braguetteur.)

(lire la suite…)

Publié le 22 mai 2018 dans OGR document

La Clinique Béthanie - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : 1968

18. La Clinique Béthanie

Plus rien qu’un tournoi sur
Une perspective abîmée ;
Têtes coupées, matinées d’or.

Cresson, canailles, confusion ;
La guerre qui du moins nous sauve
Ne fait plus aucun prisonnier.

Salves de l’écho sur les monts,
Esclandres, hoquets oniriques :
Nous voilà soumis aux gloutons,

Aux dévoreuses de bonbons.
Sous de la corne, sur de la soie,
L’Enfance est ressucitée grêle !

(lire la suite…)

La Clinique Béthanie et Le Pavillon Toussaint_, bien qu’écrits à un an de différence (1967 et 1968), se répondent d’un Livre Poétique à l’autre des deux frères._

NDLR

Publié le 6 novembre 2017 dans document OGR texte

Le Pavillon Toussaint - Livre Poétique de Nycéphore

Date du document : 1968

18. Le Pavillon Toussaint

« Ces raseurs aux fifres, aux cuivres, ce dimanche
Quels genoux d’acajou, musique pour chevaux
De bois ! Alors que je trimais dans la source
Au lavoir (simplement ne plus rien voir, par la fenêtre),
Hébétude au-delà des pluies, des gouttes, des pendeloques ;
Derrière un masque d’ours s’en viennent les chasseurs.

La splendeur d’or que les sous-bois !
Ces cavernes dans le feuillage
Par endroits vineuses, un peu rousses à d’autrefois ;
Rien du déchet dans une litanie.
« Es-tu là, Fernande la Grosse ?
— Je suis au fond de mon lit, Nany ! »

(lire la suite…)

Publié le 6 novembre 2017 dans document OGR texte

Pan ! - Histoire Deux. Livre de Nycéphore. Antiquité

Date du document : 1976-1982

Histoire Deux, qui est la vision de différentes époques de l’Histoire (Antiquité, Moyen-Âge, Révolution, etc.) telle que peut la construire un écolier primaire, comprend de petits récits échelonnés de 1976 à 1982.

Pan, c’est Tout, trous de multiples flûtes (au minimum sept tuyaux !) grâce à Syrinx l’Évanouie, vers le littoral d’où les asphodèles sont des modèles nus ; Océanies et Asies non disparues !
Et il faut se souvenir de cette belle phrase enchantée d’un paysage, se souvenir de cette belle phrase offerte oubliée au bas d’un visage !
“PAN ! Toute Écriture Astarté amenée dans le secret.
Flore, poursuivie grâce aux vents légers, depuis Saint-Bruno, porte entr’ouverte du temple en sa faveur, & depuis Elle je jouis d’un Printemps Perpétuel ! PAN ! Flore, gorge de lait, prend du satin pour feuilles, et du taffetas, de la baptiste, du crêpe anelet et de la gaze pour les pétales. PAN !

(lire la suite…)

Publié le 3 mai 2017 dans document OGR texte

La Nappe - Histoire Deux. Livre de Nycéphore

Date du document : 1976-1982

La Nappe La Nappe, voilà comment j’imagine le début du monde, avant tout nom. Mais ce connard de traquenard n’en a rien à faire, ni cette vielle pute de machine à écrire Adler, réincarnation de Chancel comme Duras l’est de Sagan, celle qu’on appelait la Thénardier avec son Jules à la mie de pain, poète à trous multiples : j’ai jamais vu Cosette, mais je connais Valjean. Ou du moins si, je comprends ce nom, c’est parce qu’ils n’arrêtaient pas de faire causette. Une niaise causette sans effet aucun.
« Docteur ! Docteur ! Je m’excuse : vous voulez bien m’acheter des mensuelles ? C’est là que j’écris mon journal. »

La Nappe, mais prise dans un mouvement… pas du tout le lac de la Tranquilité. Ça non, alors. Ça serait une tout autre hypothèse. La nuit, on réfléchit.

(lire la suite…)

Publié le 1er mai 2017 dans document OGR texte

La Longue Laisse (extrait) - Ulittle Nemo

Date du document : Après 1984

Ulittle Nemo

Enfin une saison !

Ça faisait longtemps !

Saluons-la !

Printemps, vacarme des pins,

Champignons, bois morts, feuilles brunes.

A l’éclat de midi chanterelles orangées dans les hautes herbes vertes ;

Une autre fois les cèpes rouges surgissent au petit jour ;

Espèce à ses pas que l’autre rate.

Le vrai plaisir de la descente du dos dans le lit,

D’un vert étrange : foncé, bouteille ;

Lassitude infinie alors que les enfants sont partis à l’École.

Même à vingt ans elle a tenu son gros ours embrassé contre elle,

Et l’autre ours noir mélancolique

Songe au fils dans le pays lointain.

La Voix, la Voix seule connaît cela que l’écriture et la parole ignorent,

La Voix vive, éternité de passage,

La seule aussi rapide que la vue,

Mais que la pensée précède.

Et malgré le rêve infiniment plus rapide encore,

Sur le côté j’ai vu à la frontière de la saison

Des gens ordinaires aux tenues de couleurs diverses

(Souvent de simples chemises),

Dans un geste rudimentaire,

Simplement .

Publié le 17 janvier 2017 dans document OGR texte

Issa - Histoire Deux. Ncéphore

Issa

Dans ce quartier plus de sabbat ni de boue : des oiseaux !

La chose à gauche, la jambe à droite,

Aucune dignité de la chair,

La langue noire,

Et des passereaux vifs !

Nouvelle traversée du jardin Capitan

Et sa maison des oiseaux, en compagnie de Joseph,

Avec Husserl, le roi hylétique,

Arsène, qui trime comme graveur chez Leblanc.

Et l’enfant qui le heurte dans les Arènes tombe mort.

On paye pour la ménagerie :

Fauves trempant dans le lac d’urine,

Anges loukoum aux ailes de carton ;

Mille menues attractions en éclipses

Dont les pharisiens si terriblement bêtes.

Là-bas la Fille de la Commune, nue jusqu’à la chair,

Jambes coupées, le moyeu vide,

Sur le matelas de sommeil des lettres

En Grande Truanderie.

(lire la suite…)

_Issa fait partie du prologue poétique du recueil de nouvelles et petits récits Histoire Deux._

Publié le 7 janvier 2017 dans document OGR texte

Delphes - Histoire Deux. Nycéphore

Delphes

À l’Omphalos les Anges viennent sans maquillage

Et se dissolvent au bord des quais

Avec des fleurs dans les cheveux,

Vers la Montagne du Temple au toit de mains réunies ;

Le Temple en carton peint,

Le Palais-Gallien,

Le cortex de cristal, le total de colonnes.

Les Séraphins de Delphes tournent la mie de pain entre leurs doigts

Et la luplissent de lumière.

L’Archange Saint-Michel, cuivre qui résonne, hanche souple,

Vient avec son Bronica

Pour prendre la première photo de la phemme du Dieu de Delphes

Et du python qu’elle y a tué :

“Hatu Berato Niktu !”

(lire la suite…)

Le recueil de nouvelles Histoire Deux (dont des extraits figurent dans Quartiers de ON !), daté de 1984, présente plusieurs tableaux, de l’Antiquité à la Renaissance, toujours dans une version rejouée, célébration parodique ou reprise de cauchemar.

Il est précédé d’un prologue poétique : En Marche ! qui parcourt également l’histoire, ou figure ce texte.

I. Revay

Publié le 1er janvier 2017 dans document OGR texte

Petites Proses de Nicolaï

Date du document : 1965-1970

LES PETITES PROSES comme la plupart des recueils du continent OGR sont écrites en vis à vis, d’un frère à l’autre. On a choisi entre plusieurs versions de chaque texte généralement la dernière. On trouvera ici quelques pages du recueil de Nicolaï qui comporte une cinquantaine de poèmes en prose et qui sera bientôt disponible en pdf sur le site.

L’ouvrage date pour la majeure partie du Lycée et de la Société Secrète des Cinq Doigts (en référence à Isidore Beautrelet), groupe constitué avec entre autres Nicolas le Hongrois, dont l’activité se poursuivra jusqu’en 1968, et dont Domnique Merlet était l’organiste et l’organisateur, du temps où il habitait près du Palais-Gallien.

Isabelle Revay

Publié le 12 octobre 2016 dans document OGR texte

Petites Proses de Nycéphore

Date du document : 1965-1970

LES PETITES PROSES comme la plupart des recueils du continent OGR sont écrites en vis à vis, d’un frère à l’autre. On a choisi entre plusieurs versions de chaque texte généralement la dernière. On trouvera ici quelques pages du recueil de Nycéphore qui comporte une cinquantaine de poèmes en prose et qui sera bientôt disponible en pdf sur le site.

L’ouvrage date pour la majeure partie du Lycée et de la Société Secrète des Cinq Doigts (en référence à Isidore Beautrelet), groupe constitué avec entre autres Nicolas le Hongrois, dont l’activité se poursuivra jusqu’en 1968, et dont Domnique Merlet était l’organiste et l’organisateur, du temps où il habitait près du Palais-Gallien.

Isabelle Revay

Publié le 12 octobre 2016 dans document OGR texte

Décompte de la Faim - Contes, récits, nouvelles

Date du document : Avant 1980

Dans le jardin du château de Nuada, fumée s’élevant du sol et intelligence du bois (dans laquelle excédait Art), à l’abord d’un tas de vieilles tuiles et de rames brisées couvertes d’insectes morts, An Scamall s’est avancé, portant dans son cartable en peau de loup un pain fourré aux figues et des galettes de maïs parmi des carrés de porc cuit à la bière avec des noisettes. Et Sciathán Spota avec lui.
lire la suite…

Ce texte figure dans le recueil de Contes de Nycéphore, du Continent OGR. Il est tout particulièrement crypté selon la logique buissonnante de la mythologie celtique.
Les deux personnages Nuage de Son et Tache d’Aile, dont le nom est transcrit ici en gaëlique sont dans les États du Monde les enfants de René Mac Carthy, le petit-fils d’un des Quatre Grands Ancêtres (ou Chevaliers de l’Apocalypse), à savoir Auguste Mac Carthy.
On les trouve également dans une des pièces du Théâtre Lycéen.

NDLR

Publié le 4 juillet 2013 dans document OGR texte

Pemmy Noël - Contes, Nouvelles et Récits de Nycéphore

Date du document : 1976

Il ne restait à la petite Pemmy, cachée au fond de la pièce des claies de jonc et de paille où s’égouttaient et sèchaient les énormes meules de fromages, qu’à énumérer tout le jour des listes face auxquelles elle se trouvait la nuit en rêvant, écrites sur un tableau noir comme la fortune de Chienfou :

Arrosoir Chandeliers
Limbes Flache
Poire Débridement
Horloge Escargots de Chine
Orangée Confetti
Asperges Confiture
Rive Araignée
Encolure Cachectique
Larix Sorcière
Bleue Ouais
Verruqueux Morasse
Boîte Péjoratif
Dé Radis
Turquoise Outrage
Quatre Nus
Prélart Pécari
Unicorne Corps
Entonnoir Encre
Cobra Suint…
etc.

lire la suite…

Publié le 26 novembre 2012 dans document OGR texte

Conte Court - Contes, Nouvelles et Récits de Nycéphore

Date du document : 1976

Le Paralytique était stuporeux sur le bord : on boira toute l’eau de la piscine à son horrible avènement ; on va partir en Allemagne voir l’homme à l’oreille coupée ; la tache de lumière choit bêtement dans un bosquet dont les arbustes ont des reflets roses.
Une chose représente autre chose : soleil ou lampe ou bien la figure d’une femme de serf, sucrée et blanche, à peine molle, poupine, terriblement sensuelle ! Puis c’est le méandre des causes. Cantate, prairie, anémones sauvages en tapis, crescendos tragiques de cordes, puis vents.
Ma mère me dit toujours de faire attention aux fleurs de l’esprit. Sur le plâtre, sur les parquets creux et verts de moisissures : des animaux, des peintures… fond moral, peinture allégorique jolie et reposante abîmée nuit et jour. Trait formant un triangle gagné d’un cancer fou… estimation de perte progressive éclairée plus ou moins faiblement.

lire la suite…

Publié le 26 octobre 2012 dans document OGR texte

Idéogramme X, Y - Maison Lulu. Idéogrammes dans la Neige

Date du document : 1974

Maison Lulu est ce recueil de 1974 construit autour de l’Asile de Maître Jean (où traînent entre autres Tatie Marguerite, Fernande du Phœnyx et l’ignoble infirmière Ovarine…), et du Cimetière de la Chartreuse, entrée discrète du Pays des Morts. Le sergent Newton et le lieutenant Copernic sont là avec leur Thunderbird orangée, qui mènent l’enquête à propos des idéogrammes fourchus buissonnant à travers une grande partie du monde. Le premier chapitre en a été jadis publié dans la revue Le Grand Os n°2.

NDLR

Publication : Le Grand Os n°2

Idéogramme X, Y

Publié le 26 décembre 2011 dans document OGR photographie

Enfants Croisés - Histoire Deux

Date du document : 1984

Quelques petits paragraphes autour des Enfants Croisés, semblables à ceux parus dans Quartiers de ON ! et faisant partie du volume Histoire Deux, à paraître.

Jacques
Jacques : « Robert le Diable s’est rendu aux nouveaux lieux, visitant la Grotte, la Colline et les Oliviers.
Il faut bien voir que nous n’avons pas besoin de l’estimation des Aumôniers, car nos pentes eschatologiques sont pourvues de rats et de pauvres, que nous allons vers Jérusalem massacrant les juifs (comme “Les Carabiniers” !) que nous pillons, violons, que nous sommes d’indicibles cohues de misérables éclopés, que nous traînons avec nous des reliques, d’incomparables fétiches, des survivances, à chaque fois définitives et toujours à renouveler, que nous avons autant soif de pillage que désir d’inconnu. Nous préférons la Croix et les emblèmes sacrés, mais nous ne renonçons pas à l’épée ; la liberté de nos crimes vient de leur absence d’agressivité, laquelle n’appartient qu’aux adultes ; la puissance de la violence immature est en nous comme elle traversera Jeanne dans deux siècles.”
Blanche : « Non, pas de Supérieur Général ! La Terre est devenue tératophile au moment de notre départ. L’Archevêque est venu avec tous ses crimes et ses curés patauger dans la mare, devant chez moi. Il a admiré les canards, sa robe couverte de merde. Il venait tous nous appeler avec mes frères, et nous consacrer en même temps : laboureurs, bergers et bergères, apprentie à la charpente comme moi ; il venait tous nous appeler à massacrer les Juifs, pour qu’on soit pas jaloux des Anglais avant d’être massacrés nous-mêmes. »
lire la suite…

Publié le 21 mai 2011 dans document OGR texte

Le Vivant de Demain - Shijing

Date du document : 1984

Texte paru dans le recueil collectif des éditions Verticales “Qui est Vivant ?” paru en février 2007.

À Jean Schatz, Président de l’École Européénne d’Acupuncture, et qui persiste chez les Morts.

Le génie du Cœur consiste à rester vivant.
La respiration une fois reprise, alors que le soldat Vincentelli vient d’écrire à sa petite fille dans la fougère fraîche et les campanules, il faut repartir courant de nouveau, barda au dos. Seule l’ivresse des fougères dans les petites lunules du dernier soleil ; cette contradiction digne de la quadrature du cercle : comment le soleil peut-il produire son contraire en quantités vibrantes.
À peine a-t’il fini qu’Oniès, Quiès et Boltès sont déja dans la pente, vive allure : toujours les mêmes à nous devancer que jadis, cuisiniers gorgés de la crême du veau blanc et rose, bondissant sur les rochers à pic, pami les merveilleux scandales du sperme d’automne.
(“Mon Papa, J’ai découvert le faux Corot de Dublin en même temps que Sennelier, les marchands de pigments d’ôcres purs et d’outremer luxueux, de belles toiles tendues pour le paysage et de beaux panneaux en tondo, Quai Malaquais, dans un désordre de craies sensibles.”)
Et Frantz Marc tué à Verdun le 4 mars 16 ! Avec lui meurent le petit cheval bleu et les trois chats. William Morgner meurt en Russie en août 17. Macke est tué sur le front de Champagne en septembre 1914. Avec lui disparaît Pierrot dans l’orage. Krichner tuberculeux et “dégénéré” se suicide en 1938.
Il lui a écrit “Je crois qu’il y a une roche du désespoir, qui n’a rien à voir avec les conflits en cours. On peut la meuler sans s’en rendre compte ici ou là, selon comme le météorite tourne, mais la douleur de la carie réapparaît violemment la nuit !”
Quand il est passé à Bruges, il lui envoya ce poème imprimé sur une carte de l’Hospice Saint-Jean :
“Bandelettes d’elle je veux
À l’avance
Vous que voulez, du vivant ?
Aïno,
Le quai de Saint-Pierre.
Je voulais d’elle, en débord.
Ah ! J’arrivais, j’étais bon !
Dors, dors, mon petit enfant,
T’es mort ;
Pourquoi ce bond dans mon corps ?”
Ainsi il déjouait la ruse du cauchemar où la mère alerte et panique l’enfant en craignant les pourceaux de son avenir, montée des monstres qui se révèle à l’oppression soudaine du Poumon, aux sursauts cardiaques !

lire la suite…

Publié le 7 novembre 2010 dans document OGR texte

Intermède CH 3 - Tuberculose du Roman

Date du document : 1972

Ce texte a été repris dans la partie Schola de l’Ourcq des États du Monde (Ligne des Escholiers Primaires. Ligne de Didier. Saison de la Terre. )

« Toutes deux sont aimantées par la clairière vers ce presbytère qui date d’avant la Révolution : CH. avec son hoquet sur le chaos de ses verbigérations, et L. Après un long piétinement autour du puits comblé de barreaux de chaises pris d’un désordre fourchu, cela nous semble un entassement au moins aussi insubmersible dans l’esprit amiral, une impossibilité esthétique de liens, de passages, d’adoucissements, que le vrac de notre arrivée dans cette situation. Notre rencontre à trois est aussi brute que cet hétéroclite-là, pensées de petits bois griffus et impraticables ; la parole qui aurait pu nous lier a fait défaut, et le hoquet monstrueux de CH. nous interdit toute tentative. Après le passage de la ligne de crête calcinée, nous nous sommes retrouvés au hasard des souffles des rues, puis au fond du couloir de la Vallée, dans les manies qui nous emportent, moi abruptement au bord de ces toutes deux viandes, qui ne sont pas sœurs. »

Le temps d’extase de la cantatrice, l’élancement des reins dans la reprise du morceau, la visite inattendue et bavarde, le vol de la claque dans les dorsaux de l’haltérophile et sa conséquence ici à plat, voilà qui est agréable à qui sait parler par métaphores.
Mais ce n’est pas dans cette sorte de roman absolu que nous abonderons, hélas !

Publié le 3 octobre 2010 dans document OGR texte

États de veille. Radiophonie - Livre de Nycéphore

Date du document : 1969

Texte destiné à la radio dont la seconde partie a été perdue (on a rajouté le commentaire de cette perte, pris ailleurs, à la fin).

Marc Bohor

états de veille 1969
(paysages aperçus sous les paupières)

I.
Désormais on prendra des bains de sable.
Tout d’abord des animaux familiers ; puis le paysage devient féérique sous des pluies d’étincelles, douces manières d’amusement, traversées de tombes aimables, pâleurs roses, chutes liquides, coussins fadasses. Plus au fond : crépitements rouges, apparitions d’or et de teintes pailles, fulgurations oranges, motifs crémeux, mosaïques de carreaux bientôt en décomposition ; puis ces ensembles sont bientôt soufflés par les courants d’air frais de la soirée malgré les dispositions équilibrées balancées de part et d’autre d’axes médians, eux-même rapidement délités, filant, et le tout est repris sous la lancée statique d’arcs-en-ciel, ensuite diffusés sous forme de voix, d’ondulations de sang, de poussière bleue, quantité invraisemblable de formes parmi lesquelles jaillissent des bulles d’or avec des sons stridents.

À présent ce sont des champignons avec des sillons comme enduits de pommade, des serpentins colorés qui traversent et balaient l’espace de l’œil à travers des tissements de brume.

lire la suite…

Publié le 6 juillet 2010 dans document OGR texte

Henri & les Skyboys - Amères Loques, Livre de nouvelles de Nicolaï

Date du document : 1979

Henri et les Skyboys

Louis été déjà allé plusieurs fois à New-York avant d’avoir idée d’y faire venir travailler Henri ; il en avait même ramené des cartes peintes de deux anciens buildings, cartes toutes en hauteur de près d’une trentaine de centimètres sur dix à peine de large représentant l’Équitable Building et le Metropolitan Life Insurance Building.
Il était là au moment où les régiments de Noirs de Harlem combattants de l’Enfer s’engouffraient sous l’arc de triomphe près du Flat Iron, défilant de la 23ème à la 42ème en passant devant le spectaculaire rideau de pierres précieuses de Central Park tandis qu’un speaker fou dont la voix était diffusée par des haut-parleurs dans les rues vendait des appartements bucoliques de Queens à 150 000 dollars comme des petits pains. « Vendez-leur, disait-il, cet espoir des éléphants dans la ville qui renversent les bâtiments comme les acheteurs submergent les annonceurs ! » C’était avant que les Italiens chassent tous les noirs vers Harlem. Cole était là, et Georges aussi.
« Mon sang dans votre bouche, votre sexe dans mes veines : quelle chance ! Mes gestes réinterprêtés par votre corps. »

*

Ces textes ne font pas partie du choix opéré pour la publication du volume OGR chez Tristram en 1999. Ils ne sont pas placés ici dans l’ordre du volume définitif.
I. R.

Publié le 30 mai 2010 dans document OGR texte

Apothéose des Classeurs - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°36

Date du document : Décembre 1965

36. Apothéose des Classeurs

Je vois les Classeurs d’ici faire ;
Ce sont des guelfes, dont les palmes
Sont bleues ; armés de leur calame,
Ils sont bourreaux de Lucifer.

Macrobe est parmi eux ; Saturne,
Sénèque, et le vieillard Gaïus ;
Ils ont des formes de théâtre ;
Ils s’entretiennent tous les quatre,
Et parfois se lèchent l’anus.*

Ils classent de petites choses,
Des soucis, puis, de loin en loin
Des fragments, des gueules de roses,
Des nappes de sang, et du foin.

L’un d’eux, venu de Forêt Noire,
En Octobre, pour traverser
Sur l’arête, puis par la foire,
Vient ici pour tout renverser.

Un Autrichien gauche du Rhin
Exécute quelques calculs,
Pris d’assaut par des échecs nuls,
Reconnaissant qu’il n’est plus rien.

Classant soixante-dix couronnes
Du Un septembre Sept-Cents Quinze,
Les cahiers écrits par les Faunes
Sur leur méthode, et sur leur sinze.

Certains, aux clartés de l’Époque
Forment des spectres empoisonnés ;
Claudius est là ; voilà sonner
Les cloches, et pour Duncan les cloques !

etc.

Ce poème a déjà été publié en 1966 dans Saint-Michel & Saint-Augustin, un fascicule littéraire bordelais, puis dans les “livraisons” du Livre Poétique par Tristram-Dao dans les années 80.

Publié le 23 mars 2010 dans document OGR texte

Terre de Grogne - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°35

Date du document : Décembre 1965

35. Terre de Grogne Les hommes dans les forêts tirent
Sur leurs caoutchoucs indécents ;
C’est bon comme le somme est bon !

Dans le glossaire de leurs veines
Levant une aile ensanglantée
Entre leurs deux très gros poumons.

Seules les races se fondront
Dans l’herbe en fin de matinée
Plus chaude et fourrée de soleil.

À l’instant, le seul givre n’est
Que cette tension souveraine
Nous embarassant de buées !

Quand s’allument toutes les plaines,
Grappes noires de sensations
En bas du chemin gras de boue,

C’est une lueur dynamite,
Un humanisme paysan
Pris d’une confusion humide.

Leur soupe de poireaux s’avale
Avec des cailloux sans couleurs ;
Inaltérables forces, bris. *
etc.

Ce texte, jadis édité dans un version ultérieure plus longue (596 vers) par Tristram & DAO, dans la première partie du Livre Poétique qui faisait partie des “livraisons périodiques”, retrouve ici sa première version de 393 vers.
Il s’agit d’enfermer Dieu dans un cristal, une bouteille. La litanie produit une nappe de signifiance (plus qu’une musique) sans aucun sens nominal.
De la connotation pure sans aucune dénotation ?
Il y a des actions, même des héros, mais la question n’est pas là. C’est un bain incantatoire.
D’autres poèmes ont ainsi, à la façon japonaise, enclos quelques parcelles d’or dans une laque obscure.
Le but était pour certains lieux magiques détruits depuis (le Phœnyx d’Arlac, des passages secrets du Peugue et de la Devèze, le Grand entrepôt de Lescure…), de les sceller hermétiquement, quitte à les rendre définitivement incompréhensibles pour ceux qui ne les auraient pas connus (et qui de toute façons vont disparaître aussi), inaccessibles à jamais et lancés dans le vide pour un tournoiement infini jusqu’à ce qu’une machine à remonter le Temps surgisse.

Publié le 23 mars 2010 dans document OGR texte

À Tue-Tête - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°33

Date du document : 1940

**33. À Tue-Tête

Vois, dans ce premier jour d’Allemagne dernière
**I
lluminé enfin des frises de l’Enfant
Vibrant son souffle de cristal et de lanières
etc. À : ce commencement de l’énigmatique Acrostiche trop gorgé de sang. Que signifie pour nous : “Vive le Père Cédent !” Connivence de chambrée ? Opération dentaire faite par le maréchal-ferrant comme c’était coutume ?
Les doigts pleins de sang, l’Artilleur Tesson, pris de l’énervement de tout maculer autour de lui, avec cette encre dont il est peu sûr, dont on suit l’hésitation en même temps que l’épuisement le long de la colonne d’acrostiche. (Détails sur l’original.)
Au fur et à mesure que l’encre disparaît de la plume, l’assurance semble venir un peu. C’est sûrement la première calligraphie du caporal que cette calligraphie d’Initale, le début d’une pratique, l’incision de l’incipit au milieu des attaques (ici réelles).
Avec toutes les maladresses, l’exposé de la double fragilité de celui-ci dans la Neige et toujours menacé.

I. Revay

Publié le 24 janvier 2010 dans document OGR texte

Mémoires du Caporal Paul Tesson - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°32

Date du document : 1939

Cette suite de vers écrits au dos de cartes postales répond dans le Livre Poétique de Nicolaï au poème de 23 vers À Garde ! 32. Mémoires du Caporal Paul Tesson

Toujours dans les sentiers les rares ambroisies,
L’obligation du front aux coulères soudaines ;
“Mon Colonel, voici vous offrir l’hérésie
D’un réserviste plein de poudres et de haines !”

etc.

Publié le 17 janvier 2010 dans document OGR texte

Chaumière du Nord (extraits) - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°31

Date du document : Septembre 1965

Ce poème de 132 vers répond à Anna Shern dans le Livre Poétique de Nicolaï.
I. Revay
31. Chaumière du Nord

Chaumière, chevreuils et hunter
“On chasse les rats !” dit Guillaume
Dans les prairies des économes
Alors qu’il attendait Gessler.

On guettera notre volaille ;
“Shooting is my plus grand pleasure !”
Blotissement que hait Blücher,
Vandale au présent de mitraille.

Et au-delà, cristallisés,
Récursoires des morts en crise,
Les arbres, splendeurs irisées,
Sucre et chocolat par endroits.

etc.

Publié le 17 janvier 2010 dans document OGR texte

En Crise (extraits) - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°29

Date du document : 23 Mars 1965

À ce poème de 108 vers de Nycéphore répond dans le Livre Poétique de Nicolaï Catéchèse.

I. Revay

29. En Crise

[…………………………………………]

*

Les fastes de l’égorgement

D’une truie blanche dans la cour ;
Sous nos yeux son débordement
De vanne atroce sans secours.

L’enfer dans une faille vide,
Le hurlement populacier ;
Dans une carène d’acier
L’horreur toute neuve sans ride.

Les cadavres en rangs serrés
Que l’on projette en bas des pentes ;
Et puis tout seul ce vieux sacré :
Astapovo : fièvre quarante !

etc.

Publié le 17 janvier 2010 dans document OGR texte

Dimanche en Hiver (extraits) - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°27

Date du document : 1965

Ce poème fait pendant à Le Rêve de l’Œil Mort dans le Livre Poétique de Nicolaï.

I. Revay

27. Dimanche en Hiver

Tranquille enthousiasme à falloir
Qui colle mon œil mort pleurant.
Chassons les ombres des couloirs
Gouvernant des délicatesses
Où les lettres grattées sont grises.

Dans les dimanches d’hébétude
Des abrutis y scient des planches,
Bouffées pliées de galon vert ;
On transporte des billes noires ;
Buvards, lœthé, après-midis.

etc…

Publié le 17 janvier 2010 dans document OGR texte

Asile (extraits) - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°24

Date du document : 1965

Ce poème fait pendant chez Nicolaï à Ave Maria d’un Domini_, de la même longueur._ I. R.

24. Asile

Haine du draconcule au fond des établis ;
Puis en sortant devant les terrasses : gentianes,
Surprises des pensées aux souffles affaiblis,
Apodes hors des crasses à ramper. Ô campanes ! [………………………………………………]

Publié le 17 janvier 2010 dans document OGR texte

Les Yeux (extraits) - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°30 (extrait)

Date du document : 1965

Ce poème de 91 vers fait pendant à Prière Acceptable dans le Livre Poétique de Nicolaï. I. Revay Noël
Arrière les Lucifériens,
Saprémie de poisons putrides !
Dans les sentes de cuir humide
On se désoriente d’un rien.

On vient de choisir le sapin
Bien loin des parcs à escargots
Chez Gootfried, le Tristan des Goths,
En Alsace, avec des grappins

etc.

Publié le 3 janvier 2010 dans document OGR texte

René - Livre Poétique de Nycéphore. 1964-1984. Futur Antérieur. Poème n°23

Date du document : 1965

Ce poème de 18 vers fait pendant chez Nicolaï au poème Description d’un couple correct_, également de 18 vers._ I. R.
23. René

J’écris assis dans mon cercueil ; les morts vont vite !
Aux prés fleuris les Alpes du Bel Enfer.
Ressac et sursaut, et berceau, et sacre ;
Chaucer en route pour Canterbury.

La vie me sied mal ; la mort m’ira mieux,
Ganglions d’aisselle, prune murmurée ;
Les joies énormes dans les ombres secrètes ;
Mottes de terre de Caïn.

Publié le 15 novembre 2009 dans document OGR texte

Écoles - Livre Poétique de Nycéphore. 1964-1984. Futur Antérieur. Poème n°21

Date du document : 1965

21. Écoles !

O le temps laborieux, l’ombre de l’écriture
Mauve passée au blond futur des confitures !
Il avait son étoile et sa carte, et enfin :
Elle, au vent bleu devant la barrière en bois fin !
Si vous montez soudain l’escalier sous la voûte,
Vous meurtrit en plein front l’odeur du sang, les croûtes.
De loin on reconnait la trouée dans ses mains
(Il éprouve un défaut de langue, c’est certain.) ;
Donnez-lui à baffrer la pisse sur du pain !

Publié le 15 novembre 2009 dans document OGR texte

Intermède CH 2 - Tuberculose du Roman

Date du document : 1972

Ce texte a été repris dans la partie Schola de l’Ourcq des États du Monde (Ligne des Escholiers Primaires. Ligne de Didier. Saison de la Terre. )

« Et toi, qu’est-ce que tu crois qu’il fait là-dedans ? dit Smilet.
— Est-cccccccccccccccce que j’chsais ! » dit CH.
John continuait à marcher en avant-garde, et CH et Smilet étaient restés à l’arrière, à discuter.
« Qu’est-ce que tu crois qu’c’est, cette volonté de couper à travers prés?
— …. ….
— C’t’une métaphysique du crime. On peut le suivre dans son mouvement, c’est tout. C’est pas à cause de John que tout est dans la colle. I_l est le seul à être vraiment dans le temps_ ! C’est une phrase courte qu’il scande dans sa marche sans le savoir. S’i s’arrêtait, j’suis même plus sûr qu’il existerait ! Gamin, il disparaissait dans le charbon des trains. I fait partie de la mécanique de nos bagnoles, tu vois ! À conduire sa Terraplane d’une main et à tirer de l’autre. Rien n’obligeait vraiment à ce qu’il soit là. Aucune Histoire des Etats traversés ne prédispose à ça ; il est passé tangent à chacun. C’est pour çà, qu’i veut qu’on aille de plus en plus vite.
— Ch’sais pas, moi, dit CH. Ch’suis plutôt du genre sensible !

Publié le 13 octobre 2009 dans document OGR texte

Intermède CH - Tuberculose du Roman

Date du document : 1972

Ce texte a été repris dans la partie Schola de l’Ourcq des États du Monde (Ligne des Escholiers Primaires. Ligne de Didier. Saison de la Terre. )

« On ne peut pas avancer comme ça sans progrès, dit John.
— Co-co-comment ça demande CH. ?
— Cent trente six moins cinquante-sept, soixante dix-neuf. (Elle avait déjà pillé deux banques). Comme un enfant de sept ans. Ça va pour les curés, pas pour nous ; c’est le jugement, qui compte.
— On pouvait pas partir d’ailleurs que du milieu du pré, dit L., puisqu’on y était ; ni aboutir autre part qu’ici. Pour se repérer jusqu’au bord du lac, ensuite, ça, c’est une autre histoire !…
— Co-co-comment ça i s’appelait, le gars ?
— Manvantara, un truc comme ça. Leurs familles, c’est d’un compliqué !
— Si vous m’aviez laissé tirer un peu du lait de cette vache, au moins ! »
[………………………]

Publié le 13 octobre 2009 dans document OGR texte

Gravures - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°16 (extrait)

Date du document : 4 janvier 1965

Ce texte, comme tous ceux des Livres Poétiques font partie des Livraisons réalisées par Tristram & Dao dans les années 1990.

I. Revay

A. Prés
[…………………………………]
*

Ils sont sortis des trous d’orage,
Sanglants de crimes furieux
Sur les verts prés hantés de rage
Et grouillants de vers jusqu’aux cieux.

Les chemins sont pleins de grouillis,
De grouillements de plantations ;
Des espèces dans le brouillis
Naissent par les exaltations.

Publié le 8 octobre 2009 dans document OGR texte

Hypostase - Livre Poétique de Nycéphore. 1964-1984. Futur Antérieur. Poème n°15

Date du document : Décembre 1964

15. Hypostase

Dans le cercueil d’Hypostasie
Des chérubins brillent de hargnes ;
Lambeau, je bruis de l’Allemagne
Et dépasse des hérésies.

D’où portes-tu cette oriflamme
Issue d’un mort qui croirait digne
(On guette au coude, on sort les lames !)
D’laisser l’Empire au fils d’un cygne ?

Nous livrons ici la deuxième page d’un long poème de l’Auteur, “Hypostase”, auquel fait pendant “Lueur” de Nicolaï.

I. Revay

Publié le 17 août 2009 dans document OGR texte

Notre-Dame en brouillon - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984. Futur Antérieur

Date du document : 1964

Texte déjà publié en 1966, puis en 1991 dans le cadre d’un ouvrage consacré à J.-N.-A. Rimbaud.
I. Revay

14. Notre Dame en Brouillon

Ciel pâle où je descends, je passe, plus de fleurs,
Bas, au-delà de la Place Ducale, en boue
Je crois qu’on reste fort par les yeux, pas de joue ;
Ombre d’église d’or et d’eau crue, ses rumeurs

Vertes dans le barrage à l’embarras gastrique ;
Mais je reste debout, moi fumeur de sapin,
Pauvre hêtre aux durées croustillantes de trique,
Qui ne fait que mâcher sa tête dans son pain !

Voir ! Plutôt les constats. La voie ferrée. Dioscures,
Laissez-moi reposer doth dépend à l’esprit,
Malgré toi ! Son dos vient à plat que ces fumures
Dans une obscurité orangée de crédit !

Publié le 28 juin 2009 dans document OGR texte

Une tasse… - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984. Futur Antérieur

Date du document : 1964

9. Une tasse…

Une tasse nous tient ; rien de l’hellébore ;
Toute une après-midi assise à remâcher
Tant que la neige fond, contre le vieux clocher,
Qu’on est allé y quérir quelque cartilage.

Je me repose ainsi qu’un vieillard qui jugule
La machine à broyer le café des fumeurs ;
La neige tombe vite, et le soir cathédrale,
L’Absent de tous ses vœux dans le noir des humeurs

Publié le 7 juin 2009 dans document OGR texte

Année des Adolescents. Zinaïda & Nicolas - Les Adolescents. Été

Date du document : Avant 1984

Extrait de la version définitive de la Cosmologie (en dehors des États du Monde)
Le 6 janvier
Z. N. Zinaïda s’est endormie sur le livre de contes de l’Épiphanie où les noirs tellement aptes à ramasser les déjections dans les rues et à les jeter dans le fleuve où ils vont ensuite se laver, s’étaient déguisés en boeufs bouffons dans les arènes, aussitôt piétinés par les taureaux ; puis d’autres défilaient et dansaient en costumes carnavalesques avec des clochettes et le visage enduit de cirage noir sur noir, guidés par le chef, le chorizo, dit aussi “le boudin”, entrant dans les maisons pour réclamer les restes de tripes du cochon mort et s’enguirlandant avec, tout dégoulinants de graisse et de sang ; puis il vendent à la criée ce dont personne ne veut : la couenne, les poils, le groin, la queue, tandis que d’autres pour montrer la puissance de leur machoire d’âne soulèvent ce qu’il y a de pire autour d’eux : plots de béton, armatures, bureaux d’écoliers, sacs de guano de cent kilos. Quand ils passent les habitants crient “To ! To !”, qui est le cri du cochon, ou imitent la chèvre, ou leur crachent dessus, y compris les indiens qui ne travaillent pas dans les champs. Puis pour se détendre après tout ça ils vont blanchir les murs à la chaux. On dirait une histoire de sa mère. Le 8 Février
Z. N. Demain Nicolas veut assister au récital de son ami Dominique Merlet au Grand-Théâtre. Il a rêvé d’un horrible jugement et que Zinaïda enceinte de Nycéphore était reçue chez lui, dans sa maison qu’il occupait avec une Zinaïda qui n’était plus Zinaïda ! Une maison du côté du Dorn avec ses quinze galciers autour du glacier géant du Gorner, immense reptile allongé. Le chien savant qui fait des bonds sur la route. Et les filles féministes qui viennent frapper à la porte ! Nicolas leur explique que c’est une distraction du chien.

Publié le 24 mai 2009 dans document OGR OGR (épanchements) texte

Saint-Michel - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1968. Texte n°5.

Date du document : 22 Mars 1964

5. Saint-Michel

Jean, Norbert, Manolo,
Le gourdin à la main
Sali dès le matin,
S’en vont à leur boulot.
Et la robe des ânes
Par la rue Traversane,
Au-dessus des barquettes
Couvre mal leur quiquette.
Il auront un peu d’or
Qui descend sur le port,
Le gras-double qu’on trouve
Sur la marché des Douves,
Un reste de guano
Et du churrizano,
Le cassoulet de Jules,
La saucisse d’Hercule,
Place du Maucaillou,
Du graillon barbaillou
De Sœur Marie-Thérèse
Dont ils baffrent les fraises,
Un tonneau de piquette,
Un lapin, la sanquette,
Et des frères Moga
Le pâté noir bien gras,
Une soupe à l’oignon
De chez Napoléon…

Publication : Mettray n°7. Automne 2004

Publié le 22 mars 2009 dans document OGR texte

Biblio - Poème 0 du Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984

Date du document : 1964

0. Biblio

A. Jourdain
(détruit par le cousin “Néné”, sauf ce lambeau ; bagarre.)

Mathias, la rue du Porc, le gourdin à la main,
En 3837, pour le matin ;
L’aube rosit le fleuve et la robe Epiphane,
Tandis qu’à leurs sabots par la rue Traversane,
Les pires de chez nous: Jean, Norbert, Manolo,
Se rendent aussitôt livrés à leur goulot,
Tressant cette Entreprise embrayant des barquettes
Où traînent des boulons trop gras pour les liquettes
Pendant que le Grand-Prêtre avec sa tiare d’Or
Remontait la Garonne et descendait au Port.
Mais on le pèlera de sa pourpre en nos Douves,
Puis on en traînera dans la Ville-qu’on-pave
Sa lame d’or gravée d’un “Sancto Domino”,
Quand l’Equateur n’est plus qu’un ridicule anneau!
Jusqu’aux Abattoirs bleus du Dimanche en soirée,
Le carreau non lavé titrant ses diarrhées.
La pâleur de ses traits, sa tristesse, qui, mieux
Qu’un suaire le cerne, os débile et piteux,
Les Machabbées et les Momies s’en entrechoquent,
Bandeau d’horreur à sa vue noirâtre et ses cloques.
Armes broyantes d’or, du bouclier ouvert
De plaies délicieusement crues ! devant l’Enfer.
Enfin la Toute-Puissance avant les feux, l’âtre !
(“O l’hostie salutaire oblongue et bien douceâtre !”
Son coeur soudain surpris et creux par toutes gouttes
Qui tombent des forêts tant qu’il court sous leurs voûtes.)

Publication : Revue Mettray n°7. Juin 2004

Publié le 3 mars 2009 dans document OGR texte

Roman - Tome Romanesque de Nycéphore

Date du document : 1968

On pourra lire ici le premier chapitre d’un des deux seuls Romans de la Cosmologie Onuma Nemon. L’autre, au titre imprononçable (“Phœnyx, Styx, X”), de 1969, fait partie du Tome de Nicolaï.
Il s’agit bien sûr d’un faux roman familial, mais dont les personnages, ces sortes de “Grosses Têtes” allaient donner naissance à une partie des Tribus de la cosmologie.
Dans le texte sur le Roman publié sur le site de “La Main de Singe”, Onuma Nemon présente les trois moments de la décomposition romanesque dans son travail. Le deuxième temps est celui de sa maladie et de son éparpillement : “Tuberculose du Roman”, recueil de nouvelles de 1972. Puis enfin “Je suis le Roman Mort” de 1991 qui se trouve aujourd’hui dans le premier temps du Chaos des “États du Monde” (condensation définitive de la cosmologie).
À l’origine il y avait eu le projet de composer un volume en regroupant ces trois temps. On lira la raison du choix de “Roman” seul dans “Paroles d’Auteur” du site des éditions Verticales ; on y trouvera également quelques explications quant à l’importance du parcours géographique dans Bordeaux.

“Roman” et “Tuberculose du Roman” ont été diffusés en “livraisons” par Tristram dans les années 90.
Avant cela en 1969-1970 il avait été unanimement refusé par tous les éditeurs auxquels il avait été adressé : de Gallimard à Minuit en passant par Bourgois et bien d’autres.
Isabelle Revay

1. Je suis né peu après la deuxième guerre mondiale dans le quartier Saint-Michel de Bordeaux surnommé “La Flèche”, où la plupart de ceux qui n’avaient pas été exterminés par les bombes furent décimés, en particulier les enfants, par la famine, la tuberculose et le joyeux bataillon des maladies exotiques, depuis la malaria jusqu’à la “grippe espagnole”.
Avec mon père, qui était devenu vernisseur au tampon faute de mieux, nous franchissions tous les petits quartiers et villages dans l’Amilcar à la recherche de travail : Saint Michel, Saint-André, Saint-Benoît, Saint-Nicolas, Saint-Bruno, Saint-Augustin ou Saint-Jean d’Yllac… Nous n’eûmes cette Amilcar qu’à la naissance de Didier, grâce à une invraisemblable générosité de l’abuelo (que notre haine surnommait l’Autre), qui pensait qu’on ne pouvait pas transporter un nourrisson sur la charrette à bras ; il garda dès lors cette dernière pour les seules livraisons en ville, et sur les pavés, ou aux alentours immédiats, mais ne proposa pas pour autant de nous réintégrer dans la maison familiale d’où le mariage de mes parents les avait chassés.
La recherche était souvent longue, et il finissait par faire froid sinistrement, dans la voiture ; nous nous arrêtions régulièrement dans la descente du bief de Bourran, avant le pont, chez des Ferrailleurs Gitans, que mon père connaissait, et qui lui indiquaient parfois des adresses de brocanteurs où il y avait des tables à revernir, des buffets à refaire, des portes à plaquer. Le chef de cette tribu avait acquis une réputation d’Hercule, le grand jour où il avait éjecté en désordre sur la rue cinq gendarmes à la fois venus inspecter son vieux camion gondolé !

Publié le 29 juin 2008 dans document OGR texte

Lœss - Livre Poétique de Nicolaï 1968-1984. Poème n°14

Date du document : Fin 1969

14. Lœss
A.

D’abord Damme !
Apothéose ! D’houles fleurs
Fourrant matines brugeoises crayeuses !
J’étais gisant, paupières lourdes
D’égrènements d’ifs dans le fond.

En sortant du tableau,
Me voici vain tissu :
Roses bourguignonnes du Quint,
Inbroglios cœruléens
Filant des cordes funambules.

Oranges bleuies, bouquets d’eau grasse,
Croix
Et candélabres d’argent,
Partout
Explosions farouches de lilas morts.

Publié le 2 mars 2008 dans document OGR texte

Rosa - Nouvelles Irrépressibles. Livre de Nycéphore

Date du document : 1980

J’essaie d’attirer à moi une fille toute en rose : Rosa. D’autres sont collantes ; elle n’en a pas : je le sens sous l’index.
Horreur ! Les vêtements sont jetés dans de grands containers tandis que les objets personels des victimes sont amassés pour être triés, et on a du mal à convaincre les familles de quitter les lieux. Voilà très peu de temps il y avait encore de grosses rafales de neige à gros flocons par ces montagnes sur les bons gros autobus jaunes et les bulls. On aurait aimé vivre sous la terre où le soleil ne brille jamais et où dedans les maisons on replie les papiers de Noël aux mille reflets.
Malgré cela la petite Rosa me fait chanter. Ciel bleu, la merde au cul, crotte au ras embouchée. Signes frais sur les joues, maux intestinaux, logorrhée : toute cette écriture “découverte” sur elle ! De la danse en “Sylvie des forêts” elle a les salves, Rosa.

Publié le 2 février 2008 dans document OGR texte

Studebacker et Les Archaïsmes - Carte n°5. Annexe 1 & 2

Date du document : 1997

Ce texte est explicatif des tensions et des archaïsmes à l’œuvre dans le continent OGR de la Cosmologie et de la façon dont ces archaïsmes ont subsisté à la façon d’un enkystement.

Les archaïsmes de forme (alexandrins ou octosyllabes dans la première partie du “Tome Poétique”, construction romanesque traditionnelle de “Roman” et de “Phényx, Styx, X”), ne doivent pas être traités aujourd’hui à la façon du mensonge post-moderne. Il n’y a jamais eu, il n’y aura jamais de dépassement des nouvelles formes par les anciennes.
Du reste les formes dont il est question ici, ont été abandonnées par l’Auteur, comme les vieilles peaux des mues successives.
La particularité tient seulement à ceci que l’abandon a pris sans doute plus de temps que chez d’autres, et surtout que ces vieilles enveloppes ont continué parfois à insister en même temps que de plus “modernes” avaient vu le jour (par exemple certains poèmes de 1964 ou 1965 sont traités en vers libres, tandis que d’autres reprennent des formes traditionnelles ; plus rarement, mais cela a lieu aussi, les deux sortes de formes coexistent dans le même texte).
Autre particularité : elles ont subsisté alors que “l’environnement” de l’Auteur (radiophonie, contacts, spectacles, évènements) s’exprimait tout à fait autrement, comme un enkystement (à la façon du B.K. de la Tuberculose).
Cet enkystement avait sûrement à voir avec la présence du frère inclu en soi, persistant et s_a_ignant parfois à la façon d’une maladie dans le temps, d’une affection du Temps. Mais il ne s’y réduit pas.

Publié le 13 janvier 2008 dans document OGR texte

Description d’un couple correct - Livre Poétique de Nicolaï. 1964-68. Poème n°23

Date du document : 1965

23. Description d’un couple correct

Jo ! Tout en paillons, le nez bleu, les pieds gelés,
Où s’en va-t’il donc désodésarticulé
Qui déploie son chocolat si beau de barrière ?
Vois-le s’enflant, envahir partout du derrière !
Qu’on regarde, violent et clair, surpris et dur,
Le beau récit, extrait puant de béton pur
Fourmillant vert, mousse d’esprit rêvée, d’idées
Qu’il fait, se dégageant par blocs et non ridées !
Enfin d’accroupissure, écarlate son Ouf !
Et puis s’assoit dessus de prose, comme un pouf.

Publié le 25 novembre 2007 dans document OGR texte

Ligne des Adolescents. - 1967. Dits d'Elles

Date du document : Novembre 1968

(Zinaïda) Alors il pleut beaucoup ; beaucoup de vent, un vent chaud. Le matin Nicolas me porte une jacynthe blanche. C’est Nicolas qui a eu l’idée d’une roulotte de théâtre à travers la France. Nany c’est plutôt le Moulin. Peut-être que nous fuirons dans le Nord comme Prosper ! C’est une idée d’Henri. L’anatomie du Parc Bordelais est très belle sous le soleil. Antón et Nicolaï arrachent des pancartes sur tout le trajet. Il dit qu’il ne sait pas même où il va ! Il pense sans cesse à son roman.
(Aube) Samedi matin il pleut, je couds, je lis des poèmes. Le repas a été assez peu supportable ches les cousins Artaud, à cause de Jacquie, de leurs grands-parents, d’Annie et surtout de cet abruti de Bambi, un de leurs copains ! Ils ne savent toujours pas qui a tiré des coups de fusils dans la vitrine l’autre nuit ; les gendarmes ne leur ont rien dit. En modelage statuaire il me donne une jonquille. Il m’a parlé de Lulu, la tante de Nycéphore qui était voyante et qui guérissait les “envies”. Il m’a donné un poème sur elle de Nycéphore.
(Lydou) Toujours tous les jardins à pieds, sans cesse, malgré sa fatigue. Ensuite nous allons tous deux chacun chez notre docteur ! (Il tousse encore beaucoup !) Le docteur nous parle d’un de ses collègues un peu fou, près de l’église Saint-Augustin, qui cherche à créer un cerveau infini : ça intrigue Jean. Sans cesse, allers et retours : Le Styx, les Abattoirs, la Cathédrale, le Jardin Public. Il parle de “L’Homme au crâne rasé”, de “La Source”, de “La Fin”.
(Aube) On pose pour des croquis habillés les uns les autres dans la salle de gravure ; il me fait la tête, mais il finit par me graver. Il veut repartir voir Nicolas à Paris ; j’insiste pour qu’il reste. Nous restons un moment accodés ensemble à la fenêtre de notre classe de fusain de l’an dernier, notre première année ! Il allait me dessiner lorsqu’il a soudain vu que je ne le choisissais pas pour modèle !
(Ramona) Il me souhaite ma fête avec un bouquet de violettes et un pot de sangria. Il boit énormément. Il complètement rompu avec sa famille ; il n’est pour ainsi dire jamais à Ste Monique. Nous n’allons pas au “Pétanque” ; il a su que je posais nue et ça l’a rendu furieux. Il fait beaucoup de vent le soir ; voilà deux jours il faisait beau sur les quais, le jour où l’inspecteur est venu.

Publié le 15 novembre 2007 dans document OGR texte

Bouillons du Dernier Cri - Livre Poétique de Nycéphore 1968-1984. Futur Antérieur. Poème n°15

Date du document : Fin 1969

15. Bouillons du dernier cri

La supposition est mince :
On voit clair !
À travers la barbe puante de poisson
Du moujik voleur de chevaux ;
Zinaïda la première.

Mille falots des exilés qui passent
Sur la grand’route de Sibérie,
Chaînes aux mains et aux pieds :
Promenade aux flambeaux des spectres.
Sur les côtés : cavaliers sabre au clair, révolver au poing.

Publié le 8 novembre 2007 dans document OGR texte

Ombre.Cádiz. - Livre Poétique de Nycéphore. 1968-1984. Poème n°14.B.

Date du document : Août 1969

B. Cádiz

Des deux côtés de la route modeste : aceituneros, gaditans.
Plus loin : le cantaor,
Trou frais du soleil dans la toile ;
Gammes de l’ombre, noisetiers.

Tremblante de lentejuelas de oro,
Sa voix de Málaga !

Plus de cortèges à travers les volets
Ni sur les terrasses,
Dès qu’il chante ;
Sucs du vent et chaos des restes.

Carrés de pins, lignes de craies,
Virgules d’encre sur les ciments, vers la mer.
L’aveugle de loterie cesse les secouades sèches de sa sébile
De fer blanc, sur le trottoir.

Publié le 5 novembre 2007 dans document OGR texte

Ombre.Buenos-Aires. - Livre Poétique de Nycéphore 1968-1984. Poème n°14.A.

Date du document : Fin 1969

14. OMBRE
A. Buenos-Aires

Avenida San-José :
Escabullisada !
San Martín : froid précieux du houx vert ;
Et le givre, tel qu’après un long sommeil.

O Argentina, tu fus toujours passive
De l’autre côté de la frontière, espérant,
Ocaro !

Nous on habitait plus haut
Sur le Monte Cristo.
A Buenos-Aires,
Rouilles géantes et sublimes,
Tous mes membres tremblent de prose.

D’une lenteur ébouriffée,
Depuis que j’ai quitté les huches d’abeilles,
Je refoule mes petites peaux contre les ongles ;
Calle Domingo s’enfonce en Automne
Dans une nuit logique de nacre, épaisse,
Usure honnête des familles, les feuilles,
Les boues…
On quémandait devant les bains publics,
Chambres ouvertes,
Les mosaïques mauves,
Pour pouvoir sauter dans le tramway en partance
(Le globe-trotter est-il vraiment mort ?)

Publié le 5 novembre 2007 dans document OGR texte

La Descente au Jardin - Livre Poétique de Nycéphore 1968-1984. Poème n°11

Date du document : Pâques 1969

11. La Descente au Jardin

Allons ! Totalité frugale,
Premier jour !
Toutes brillantes des ondées du rêve,
Offertes dans l’urne du matin,
Devant,
S’envolent, claquent,
Les tourterelles !

On ne revient jamais aux mêmes endroits du jardin.
(Toujours j’y replonge !)
Tête envolée sous le figuier
De dahlias, couleurs et désordres…

(Là-bas
Quatre Pavillons
Quinze mois,
Dernier somme ;

Masse de boue devers l’École ;
Carte des tertres de hasard.)

Le tilleul, puis
La touffe d’arums, puis
Le ciel d’eau intangible et nue,
Plus noire que sapinière.

Publié le 5 novembre 2007 dans document OGR texte

La Jeune Juive - Livre Poétique de Nycéphore 1968-1984. Futur Antérieur. Poème n°34

Date du document : Mars 1983

34. La Jeune Juive

L’Hiver, sucre lent qui fond, on erre, jusqu’à se taire,
Se terrer. L’air qui languit et qui tourne, c’est celui de
La jeune juive
Au-dessus des sombres nations, au fond de la vallée de la Ruhr.

« Oh ! Toute cette chute d’hosties vives dans la bouche, ce sont
Les gateaux de mon père pour les Pâques,
Les vitraux froids par endroits de l’Évangéliste
Mais d’une telle grâce !

Publié le 29 août 2007 dans document OGR texte

Été - Livre Poétique de Nycéphore 1968-1984. Futur Antérieur. Poème n°20.

Date du document : Août 1969

Tu sortais du bas des immeubles
Courante au soleil près des bulls, dans la poudre,
En claquettes et maillot marin à rayures
Bleues, et les taches de rousseur.

Les soirs passés dans la dune
De Laredo : des olives, c’est tout ;
Pas un sou.

Rien ne reste à la haine des vignes
Où les chevaux de frise boivent les taches
De doux songes de plâtres.

Publié le 27 juillet 2007 dans document OGR texte

Six Poèmes de Décembre 1968. C. La Montée - Livre Poétique de Nicolaï. 1968-1984. Pressent. Poème n°6C

Date du document : Décembre 1968

C. La Montée

Elle a cheveux de baillon tendre
Ramenés par ma main dont l’odeur…
Bruns, roux, forts, doux !

Œuvrée contre moi quand ses lèvres
De cruauté sur le morfil,
Or visible par la fenêtre
Où les yeux de l’Été pénètrent.

Parmi les fleurs elle est terrible !
Chaleur déversée des fumiers,
Nuque mordue au fond des greniers.

Nacre et ventre,
Étoiles de lait,
Cuisses ! Serpents, lianes,
O sa toilette, Osyris,
T’as vu ? !

Publié le 14 juin 2007 dans document OGR texte

Now Snow ! - Livre Poétique de Nycéphore. 1968-1984. Futur Antérieur. Poème n°7

Date du document : 31 Décembre 1968.

Ce poème figure dans l’ouvrage “Quartiers de ON !”

Isabelle Revay 4. Now Snow

Adieu !
Façon dont l’omoplate bouge ;
Au-dessous ce désordre invraisemblable de sens :
Rouilles, buissons, vignes rouges
Sur le bassin du paysage cliché.

Adieu !
En retournant la tête vers
La nostalgie hivernale des cinco
En fixant la nécessité de refaire
Toute la langue et tout l’Univers en même temps (Chinois)

Adieu !
Anna Livia
«Vers la terre où coulent à flots le lait et le miel»,
Vers le mythe avant sa déception,
Vers les jambes avant leur faille,
Dans leur mouvement !

Adieu !
De la terrasse du château Neuschwanstein
Vers le paradis de la terre noire en bande
Et les landes plus ou moins grises
Et l’incertitude des rochers
(Abrupts ou autres) ;

Vers la vue non déçue, sans lange,
Vers le paysage sans mot :
Génial, donc innommé.

Publié le 6 mai 2007 dans document OGR texte

Mythes & Rages - Livre Poétique de Nycéphore 1968-1984. Poème n°2

Date du document : Août 1968

2. Mythes & Rages

A. Z

La Noire Épouse de Mars ;
(Rapide différenciation sous les pêchers et les cerisiers en fleurs.)

La porte démolie, la couleur brune ;
Le studio divin défait & sale.

« Huan Ta Pu Na O ! »
Xuoti et Tlaloc.

Vite, le Matin des Orgies
De la Colêre des Auteurs, sinon…

Tous leurs thrésors, aussi mignons que Périmèle,
Doivent être tirés de Naos vers l’Autel
Et immolés !

lire la suite…

Publié le 15 avril 2007 dans document OGR texte

L'Automne de Paris - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1968. Futur Antérieur. Texte n°7

Date du document : Automne 1964

Les poèmes des Livres Poétiques sont indiqués ici par leur numéro, chaque poème correspondant au poème qui porte le même numéro chez le frère “en face”.
Isabelle Revay.
7. L’Automne de Paris

Mon Dieu, ayez pitié de ce gouvernement
Très sain ; faites fleurir l’ombre sur les cafés.
J’aime les amoureux et les aucunement,
Les promesses qu’on dit et le caca qu’on fait !

Longtemps c’était le soir pendant cette saison ;
On vidait des cageots sur le bord des trottoirs,
On trottait tout le temps jusqu’à sentir le soir
Envelopper les reins des femmes sans un son.

Publié le 8 avril 2007 dans document OGR texte

Aube-Nany 1966 - Ligne des Adolescents

Date du document : Antérieur à 1984.

Aube-Nany 1966

Ce texte fait partie de la Ligne des Adolescents (de l’élément Feu et du Cœur) du Continent OGR, repris dans “Les États du Monde”. Il ne concerne essentiellement que l’activité de deux d’entre eux le long de l’année 1966, pris dans le groupe fluctuant de l’Académie.
Il est antérieur à 1984.
Isabelle Revay.

Cette année-là fut l’année d’Aube, et accessoirement celle de la bande au “Tonto”. Puis de deux ou trois évènements comme la mort de Catherine Brûlot, le scandale de Clémence Léllée, etc.
Cette année-là où Aube qui avait 17 ans passa en classe de 3e de l’Académie avec une moyenne de 16, elle se coucha toujours entre 23h et 1h du matin après avoir avancé des travaux attentifs qui sollicitaient tout particulièrement l’excellence de sa myopie dans le silence, une extrème concentration, comme les Études Documentaires.
S’il n’y avait pas ce genre de travaux en cours, elle poursuivait ses propres recherches de décoration théâtrale pour “Le Styx”, cet autobus peint mulicolore aménagé à l’initiative de Nicolas pour un projet de théâtre itinérant. Elle écrivait ses premiers textes dramatiques que Nany lui avait proposé de passer à la Radio (sous son nom à cause des foudres paternelles !) lisait, plus rarement écoutait des disques, écrivait aux uns et aux autres : amis, famille, répondait surtout, prenait un bain, se lavait les cheveux en faisant des essais de teinte en fonction de la lecture (“coloration Divagations”).

Publié le 30 novembre 2006 dans document OGR texte