Rien !

Date du document : après 1984

Rien ! devrait se lire en deux respirations, pour bien sentir le souffle. D’abord le I, ensuite le II et le III. Ça se parcourt en trois heures, une écriture facile, pour les pauvres. Tout ou Rien. Pas plus de clé ici qu’ailleurs ; rien que les contours d’un style.

Rien ne s’oppose plus à ce Rien ! que le fait que de nier, sinon peut-être pour les humiliations multiples des cauchemars qui n’auront pas de fin. La fuite animale, la disparition, le désir absolu de se fondre et qu’on ne nous remarque pas, sont du côté de la passivité, une passivité devant un beau geste, un paysage exaltant, un point d’acupuncture juste, une musique évidente. Ça ne contredit en rien notre violence irrémissible, qu’on se rassure !

Rien ! fait partie du continent HSOR de la cosmologie, lié aux HiStOiRes du temps. Aussi bien vrac théorique, pédagogique, cartes du territoire, journaux, mémoires grises & noires… La plus grande partie est seulement à consulter plutôt qu’à publier .

Rien ! concerne cette fin planétaire dont j’ai parlé dans Mettray. Mémoires du temps, des autres, sans trop d’épanchements (le genre de penchement en avant qui fait qu’on tombe, et qu’il nous faudrait des pansements tout de suite), pas du tout sous une forme romanesque mais par fragments successifs comme l’ensemble de la Cosmologie ; peut-être un peu plus linéaire ; ça s’est entassé de la même façon, peu à peu par séquences au fur et à mesure des années pour être rebrassé à la fin.

C’est la fin de quelque chose, le bout de l’impasse, une conclusion, le constat sur une vie : être passé de la Tribu des moins-que-rien à rien, ce qui n’est pas rien. C’est un couteau tragique, une bonne coupure. Et une condensation.

(lire la suite…)

Publié le 19 octobre 2021 dans texte HSOR document