Pour le Mas. In Memoriam. Françoise Labat. - Extraits du journal de Françoise Labat assassinée en 1991

Date du document : Après 1991

Il ne s’agit pas ici d’une fiction, mais d’un document brut. Françoise Labat a tenu un journal à partir de 1964 jusqu’à la fin de sa vie, dont certains éléments concernant l’année 1968 ont servi de base au Journal des Adolescents, de la Cosmologie. L’ensemble sera confié au Musée de l’Autobiographie.

À Bordeaux, dans les années 1966-1968 elle a participé à plusieurs émissions radiophoniques à partir de ses lettres où plusieurs de ses poèmes furent lus, et à la création du café-théâtre Le Poisson-Lune (avec Jean-Louis Froment, Pierre Barès, Nadine Meyran, etc.), devenu ensuite l’Onyx, jusqu’au déménagement de celui-ci de la rue Saint-Benoît. Elle y avait réalisé tout le décor de l’entrée, à partir de mains et de pieds négatifs, ainsi que plusieurs affiches, organisé plusieurs expositions avec l’assistance d’Alain Vallet, puis conçu les décors et les costumes de L’Opéra des Loups pour l’un des artistes de l’Onyx,

À Paris elle a participé à la revue TXT, là encore pour des travaux graphiques, affiches et couvertures. Et elle a fait surtout partie du Groupe de la Folie Méricourt, avec Monique Charvet et Ermanno Krumm, en lien avec plusieurs groupes féministes dont Psychépo et les responsables du groupe de la méthode Karman.

Elle a reçu chez elle pendant des années la troupe des danseurs butô de Sankaï Juku et Carlotta Ikeda d’Ariadone, et en dehors de quelques expositions collectives, elle a bénéficié de plusieurs expositions personnelles de ses Pieces of Life au Japon, dans les années 80.

D’OS

“Il rôde encore (prenez garde !), et ce n’est pas le magicien d’Oz. Il était fier de parler de sa famille de polygames et d’anthropophages. Certains ont cru qu’il plaisantait.

En se mettant un chapeau, il a voulu faire croire à son enfant que c’était un coup du Père Fouettard. Mais c’est bien lui qui portait le chapeau.

Il a même essayé de faire mettre ses empreintes au boucher d’en face.”

(Pas d’enfance. Monique Charvet . Extrait.)

Publié le 14 décembre 2019 dans texte DAO document