Voyage Biographique. Final 2 Magnifique - Joël Roussiez

Date du document : 2008

Ce texte fait partie de l’ouvrage à paraître Le Voyage Biographique de Joël Roussiez.
Une abeille voulait manger de la confiture, elle est tombée dans un piège. Les deux enfants ont vissé le couvercle, elle bourdonne à l’intérieur du bocal. Les deux enfants la regardent puis ils vont se promener dans la nature parmi les herbes hautes et les champs ondoyants. Ils brandissent leur trophée au bout de leurs bras, le portant tour à tour et le collant contre l’oreille pour écouter « bzz, bzz, bzz » ce qui ressemble à la mer. Leurs pieds les emportent et les promènent sur une lande, des animaux y bourdonnent, des mouches et des abeilles volent parmi les bruyères ; dans le ciel des oiseaux planent au-dessus des falaises. La mer est en bas. On en a le vertige. Les falaises se cassent contre le bleu des eaux, tombent du ciel, s’éloignent de la terre et se prolongent sous les vagues, le blanc devenant glauque puis sombre, puis noir. Des courants sombres disparaissent dans les profondeurs, des ombres fluides coulent sous l’épaisseur des eaux en dessinant des croupes … Un roi chevauche dans la plaine ondoyante; un enfant se colle à son dos et serre sa taille puissante. La nuit tombe et les enveloppe de formes sombres, des ombres les caressent et s’effilochent à leur passage « on dirait qu’elles les retiennent ». Le roi filait sur sa monture, l’enfant s’agrippait derrière son dos, tous deux fuyaient sur la lande sauvage. Ils chevauchaient sur les collines innombrables et regagnaient ainsi le château dans lequel la reine inquiète attendait. Le roi se dépêchait car il craignait la nuit et l’inquiétude de la reine. Il courait sur sa monture sombre. L’enfant disait : « j’ai peur! On me pince, on me griffe» … « Ce n’est rien, ce n’est rien » disait le roi en se hâtant. Leurs ombres passaient rapides parmi les forêts sombres, sur les chemins, longeant d’étranges marais où serpentaient des formes sur le sol qui se dressaient d’un seul coup, occupant toute la route, menaçantes comme des bandits de l’ancien temps, puis elles s’éclipsaient absorbées par des trous, entrainées par la boue des marais où elles se noyaient. Des arbres pas très grands fouettaient les corps effrayés de créatures qui fuyaient ; ils harcelaient les hommes aussi bien que les bêtes, ils gesticulaient dans les toiles de la nuit et s’y débattaient en sifflant de manière lugubre. Alors d’un seul coup, le soleil se mit à resplendir, il remplit de clarté l’espace d’une lande qui descendait en pente douce jusqu’aux rochers surplombant modestement la mer qui roulait à leurs pieds. Les enfants déposèrent leurs trophées et se mirent à creuser. Ils firent un trou, ils y placèrent le bocal. A l’intérieur, l’abeille bourdonnait et se heurtait à la cloison de verre. Parmi la bruyère et l’herbe sèche, ils reposaient ensuite enlacés. Leurs souffles soulevaient sans hâte leurs poitrines endormies et parfois on entendait la plainte heureuse d’un soupir satisfait. D’autres fois, c’était comme un frisson qui traversait leurs peaux. Une peur égarée passait par là et les secouait un peu. Puis ils se réveillèrent, ils s’étirèrent longuement devant la mer étale comme un lac. Lorsqu’ils se levèrent la brise caressa leurs visages et les rafraichît, alors ils jouèrent … On roule l’un sur l’autre en se laissant descendre le long de la pente. On se laisse emporter par son poids, c’est vraiment drôle. A deux, ça va plus vite. On a le tournis, la tête se dévisse, c’est ma tête, c’est la tienne. Nos têtes se mélangent, nos cheveux s’emmêlent. A l’intérieur du crâne, ça bourdonne, ça va de plus en plus vite.

Publié le 2 mars 2009 dans document DAO texte