Inventaire des archives

Lai à Joëlle - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : 1978

Publié le 5 Avril 2018

28. Lai à Joëlle

Voici le cher palais de la femme élue,
Le riche amour offert dans sa couche ;
Elle, qui frichement têtue
Du terrier d’inconfort m’arrache.

La forêt offre aux farouches
Les cauchemars de l’Occident.
Quant aux artistes : ils tuent, au fond,
Mais c’est de la petite bière.

Je vivais là, moi qui chancelle,
Et celui qui hésite se perd.
J’ai détesté la mort,
Aussi bien la vie et ma mère…
Les autres étaient des imbéciles.

(lire la suite…)

Géographie - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : Février 1979

Publié le 29 Mars 2018

32. Géographie

“Ainsi s’unissent astres et planètes, Fogazarro, 

Non par le corps, mais par la lumière ; ainsi

Les palmiers non par la racine mais le feuillage.

Voici nos noms sortis des forêts, sentant le fauve.”

 

« Au milieu des lions te voilà ! C’est toi qui descends,

T’assieds tranquille ! » disait le maître de Géographie,

Tendant sa cannevelle immense sertissant la craie

Vers la carte, à propos de la Louve.

 

Lutte avec l’Archange, chastes récits vivants !
Plus qu’aucun autre, “çui des images”
Passant à travers philtres le moindre zéphyr lu
(Un élève du Sodoma : Ricciarelli, dit
Le Braguetteur.)

(lire la suite…) 

Loups ! - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : 1979

Publié le 25 Février 2018

31. Loups !
(La laisse deleatur)

Lézard et Serpent d’abord ;
L’orage au ciel, la rage au sol
Sur Marie Gay, défigurée
Sous la lune, en prairie fraîchie de six heures,
Et frise des bois glacés.

C’est du cirque où marche un ours
Chocolant ventre d’un an, de Limoges,
Que les montreurs de ménagerie
Ont lâché une louve enragée, bavante.
« Empeste au diable, ch’tit chien noir ! »

Neuf jours badés, neuf jours barrés,
Neuf jours de chair, neuf nuits de sang,
Loups renaissant parmi les failles,
Trois mois sur l’herbe et trois sur vent,
Ayant réduit enfant en bouillie pour croire,

Pour surgir. Cachés en ronces et faits de bords,
Eux, enhardis d’impunités en leurs aziles,
Dépècent dans l’Initiation d’autres viandes ;
Et les fleurs blanches dont abonde
Le ciel défait, vibrent à leurs dents d’acacias.

Pièges au Nord, pendaisons au Sud.
Ouvre le hasard du tonnerre urgissant,
Bergère, forge angoissante, rougissant noir,
Préface de chair pour ta figue
Et tafigure, ta gorge ;
Le tombeau de peur sous tes reins !


(lire la suite…)

Au Large ! - Livre Poétique de Nycéphore

Date du document : 1979

Publié le 25 Février 2018

31. Au large !

A. Le Vent de Mi-Février
Grâce au Ciel, les sauvages n’ont ni pensées ni désirs,
Seulement des Actes.
Rien d’acide.
Sainte Thérèse les aide, pour cela ; et Saint Jean de la Croix,
Saint Thomas, dont on voit les traces à travers la jungle,
Et le vénérable Augustin !

  1. *

Où donc est ce Pays de Papes et de Porcs, de tourbières et de poivrots ?

Gelsomina, dis-moi le fouillis des phrases arrachées,
Hirondelle enfin, dans le mimosa du silence,
O pauvre vieille Kathleen Ni Houlian !

Dis-moi l’essaim désordonné des étourneaux dans le ciel aux glacis faïencés de février,
La beauté des miroirs paraboliques pour la danse folle des particules !

(lire la suite…)

Courrier de Lydou - Lignes des Orphelins Colporteurs. Lydou & Jean.

Date du document : 1967

Publié le 23 Février 2018

Lydou & Jean font partie du troisième tome des États du Monde, celui des Enfants, et non pas du quatrième des Adolescents, bien qu'ils agissent aussi dans ce groupe.
Ils sont restés dans l’Enfance, et dans ce volume ils ne font pas partie de la Ligne des Escholiers Primaires, mais de celle des Orphelins Colporteurs.
Jean Sales, est également contemporain de Nany et de Dico à l’Académie. C’est un descendant d’Edmond Sales, le grand armateur Girondin, et de son fils, l’Inventeur de la pâte Arma et de l’hélicoptère. Il a passé son enfance à l’Orphelinat. Son intention, c’est de créer cinéma idéaliste pour le peuple. Il aime Lydou, du Gers. Son intérêt c’est surtout l’exaltation de la Vie. Il est gravement atteint de tuberculose. Il fume très rarement.
Il tourne un film sur Cassavettes, à New-York, mais bien après qu’il soit mort.


(lire la suite…)

À propos de Didier - Lignes des Escholiers Primaires. Trio des Enfants Malades.

Date du document : 1980

Publié le 22 Novembre 2017

(À propos de Didier fait partie du Tome III (non publié) des États du Monde, consacré aux Enfants, en particulier aux Lignes des Escholiers Primaires, et encore à l’intérieur de celles-ci du Trio des Enfants Malades. Le texte lui-même, par contre, a été publié par une revue étrangère.
Didier, c’est le frêre disparu de Nycéphore et Nicolaï.
Mais pour le coup le texte ici est d’abord un hommage à “deux vrais frères”, à savoir Didier Morin et Bernard Plossu, qui ont considérablement aidé à la publication de la Cosmologie.
Didier Morin avec tout le tournoiement du Vortex de Mettray.
Bernard Plossu qui a eu le cœur de faire tout un reportage dans le quartier de ces Enfants : Saint-Michel de Bordeaux.
“Des mecs réglo” aurait dit Burroughs.)

Le quai brille à présent avec sa densité de néons en premier plan, tel qu’on le voit depuis les toits de la rue Carpenteyre. C’est Lui d’abord qu’on voit en arrivant. À peine sevré du lait maternel, pour ainsi dire le lendemain, Didier se leva en souriant avec des dents noires ! Il en avait peu, mais ça suffisait : il avait mordu à la Mort dans la nuit et montrait à présent le vaisseau qui mène au pays d’Orphée, amarré sur le quai Sainte-Croix. Cavité, ventre, crématoire, locomotive ; tout à la fois. Cette teinte d’encre qui gagnait tout avait pénétré au cœur même de la porcelaine ; on eut beau lui laver la bouche tant et plus, rien n’en partit ni ne déteignit. Dès lors, il tomba malade, gardant toujours ce sourire atroce de Saint jusqu’à la fin, ce sourire insupportable !
L’ombre des dents se reportait partout, et il se mit seulement à hurler en mourant ; un très long cri silencieux, bouche démesurément ouverte : on n’entendait aucun son, mais au fond de sa gorge, au lieu de la luette on voyait le champignon atomique ! On avait oublié de le porter en riant dans toute l’enceinte de la maison et surtout à travers le Jardin Noir, de répandre sur lui l’eau lustrale ; il ne restait que la lettre Z, ballante, accrochée à un clou en bas de l’escalier, sur la porte vers l’Atelier. José était débordé.

(lire la suite…)

La Clinique Béthanie - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : 1968

Publié le 6 Novembre 2017

18. La Clinique Béthanie

Plus rien qu’un tournoi sur
Une perspective abîmée ;
Têtes coupées, matinées d’or.

Cresson, canailles, confusion ;
La guerre qui du moins nous sauve
Ne fait plus aucun prisonnier.

Salves de l’écho sur les monts,
Esclandres, hoquets oniriques :
Nous voilà soumis aux gloutons,

Aux dévoreuses de bonbons.
Sous de la corne, sur de la soie,
L’Enfance est ressucitée grêle !

(lire la suite…)


La Clinique Béthanie et Le Pavillon Toussaint, bien qu'écrits à un an de différence (1967 et 1968), se répondent d'un Livre Poétique à l'autre des deux frères.

NDLR

Le Pavillon Toussaint - Livre Poétique de Nycéphore

Date du document : 1968

Publié le 6 Novembre 2017

               18. Le Pavillon Toussaint

« Ces raseurs aux fifres, aux cuivres, ce dimanche
Quels genoux d’acajou, musique pour chevaux
De bois ! Alors que je trimais dans la source
Au lavoir (simplement ne plus rien voir, par la fenêtre),
Hébétude au-delà des pluies, des gouttes, des pendeloques ;
Derrière un masque d’ours s’en viennent les chasseurs.

La splendeur d’or que les sous-bois !
Ces cavernes dans le feuillage
Par endroits vineuses, un peu rousses à d’autrefois ;
Rien du déchet dans une litanie.
« Es-tu là, Fernande la Grosse ?
— Je suis au fond de mon lit, Nany ! »

(lire la suite…)

Le monde de Memo et de ses petits chiens - Tribu des Adolescents. Automne

Date du document : 1982

Publié le 22 Août 2017

Il faut que je vous dise à propos de Memo et des Quatre Petits Chiens Brefs de la Mort (Dic, Duc, Fac, Fer), que ces derniers devenaient parfois (comme les Grands Ancêtres), les Quatre Chevaliers de l’Apocalypse, ou les paroles de Dieu aux Impératifs irréguliers, autant que le Christ réparti en Quatre Animaux.
Quand l’un de ses quatre chiens se promène, Memo n’est jamais loin ! Il les surveille, mais travailleur du Royaume des Ombres, il se montre peu aux vivants n’étant généralement là que pour éviter la venue d’embranchements catastrophiques prévus à l’échelle de l’univers, simplement dans le but d’avertir tel ou tel des impasses où il risque de s’engager et lui permettre ainsi de choisir un autre “montage”, de changer d’aiguillage et de destinée, sauf dans le cas où la mise en gare de triage d’un wagon doit précisément permettre d’éviter un conflit mondial.
“La littéralité blanche doit toujours être défaite par les accidents et par les engouffrements historiques comme les coulures sur une peinture de Bacon”, dit Memo.

(lire la suite…)

Aube à Tokyo - Tribu des Adolescents. Aube & Nany. Automne

Publié le 17 Juillet 2017

11 000 mètres d’altitude. 900km/heure. Passage le long du cercle polaire, soleil de minuit, nuit pincée entre la lumière du couchant et celle du levant. Intense humidité stagnante. Nuit. Shinjuku.
Aube écrivait à Monique (qui aurait dû venir) que son expo à Tokyo le 26 août faisait partie de Femmes et Histoire. Mr Yamagishi lui offrait le luxe de montrer des morceaux de peau et de chair dans une galerie. “Les femmes ont créé 52 % de toutes les formes de pensée humaine ; que les hommes assument au moins les 48 % qui leur restent !” Elle avait envoyé un télégramme à l’ambassade de Russie Bd Lannes pour le soutien des femmes russes en lutte comme elle en enverrait quatre ans plus tard encore pour éviter le séjour en camp à Nathalia Lazareva. À Shigel elle avait dit : “You are not living in my body.” et “J’ai le droit de briser l’ordre des chapitres.”

(lire la suite…)

Pages