La soupe pré-biotique du Net - Sphère Critique

Date du document : 2008

Texte paru dans la revue Fusées n°14.

1. Idée Le chercheur autrefois souvent trouvait ses idées parmi les ombres du plafond, dans la rêverie ; et elles surgissaient de collisions incongrues ; aujourd’hui il est fixé sur un écran. Ce n’est pas du tout la même chose. Voilà ce que me dit un ami mathématicien.
Je pensais du coup à Lagrange, ce mathématicien à qui la musique servait de clôture, d’abri à l’inspiration : passée les trois premières mesures il partait dans son univers sans plus rien pour troubler ses élucubrations ni gêner l’agencement de ses hypothèses.
L’idée se forme par tournoiements dans le vide, adhérences, accrétions successives ; elle se balade, va dans le hasard des roulis, mais si tout de suite le tissu social la retient, il bloque cette errance ; elle n’a plus la chance de ce hasard des roulis et l’idée disparaît avant même de prendre corps. Sans doute ce que Denis Roche appelait “signifiant baladeur”.
Aujourd’hui il y a ce fait démocratique indiscutable qu’une découverte peut être offerte immédiatement à une foule d’autres chercheurs dans le monde grâce au Net, mais en même temps elle est livrée pieds et poings liés, sans le temps d’un rebond, et sans que le chercheur ait eu le temps d’amasser en lui assez d’inactuel.
L’aspect chronique du compte-rendu empêche le bondissement de la crise. Il faut garder la chance d’une surprise de la pensée, de la perte d’une lettre, d’une découverte, d’un surgissement.

Kafka affronté à cela aurait abandonné immédiatement certaines des pierres anguleuses que roule son journal. Par exemple, quand il parle de “La fille au visage plat, dont la robe grossière ne commence à se déplacer que tout en bas, dans l’ourlet. Quelques-unes sont habillées ici comme les marionnettes qu’on vend pour les théâtres d’enfants à la foire de Noël, c’est-à-dire que leur robes sont faites de ruches et d’or collés et cousus à points lâches, de sorte qu’on peut les découdre d’un coup et qu’elles se disloquent entre vos doigts. La patronne, avec sa chevelure d’un blond mat fortement tirée sur un bourrelet certainement dégoûtant, avec son nez descendant en pente raide suivant une direction qui se trouve dans un rapport géométrique quelconque avec ses seins tombants et son ventre tendu, se plaint de maux de tête provoqués par le fait que c’est aujourd’hui samedi, qu’il y a bien du tapage et que ça n’en vaut pas la peine.”

Publication : Fusées n°14

Publié le 27 mai 2008 dans document HSOR texte

Osiris à Dijon - Les Gras. Ligne de Henri. Terre

Date du document : 1986

Texte inédit

Osiris, écharde des dieux rend visite à Henri à Dijon
Quand Osiris voyage, c’est avec Isis, (qui n’est pas la Sabine qu’on croit, c’en est une autre, qui se nomme parfois Linda Lovelos !). Il voyage également en compagnie d’Orphée. L’arrêt sous le pont, toute cette poésie-là, ça c’est quand Osiris se rend chez Henri. Il a pour but de créer un ballet avec Isis et de mettre au point un réseau télégraphique efficace avec les Enguirlandés et les Conjurés Clignotants de la Tour Eiffel.
Ça commence toujours à la fin par la difficulté d’ingestion du café, et la démesure des entrelacs vertigineux de métal dans les hauteurs prodigieuses de la Nuit au-dessus, jusqu’à l’excès d’acide nitrique du steak venu des cuisines du Tartare ingurgité à Midi qui produit des anthrax…
Un rien d’Hiver suffisant à dissoudre et confondre toute son énergie depuis le petit café bleuâtre au-delà de Lyon vers la Côte-d’Or, jusqu’ à la terrasse du cimetière aux abords de la ville : épines du désert, chardon, croissants et tour ; puis sa voix (l’esquive est un don des dieux, il se souvient aussitôt des étoiles d’argent et dorées chues de la petite carte envoyée par Henri), pour ne plus laisser que la forme horrible.

Publié le 24 mai 2008 dans document Cosmologie Onuma Nemon texte

Lambeaux de Roman dans les Andes - Les Grands Ancêtres. Ligne de Don Qui. Automne

Date du document : 1991

Texte inédit

“Vive le Roman de Brut, le Wace tendre !”
« Qu’avez-vous fait aujourd’hui ? », demande le moine des Andes de Mendoza aux Jeunes Croisés. À travers les différents graphes du passage du Col, ils se sont rendus vers des énoncés fondateurs. Ils y ont rencontré l’Homme Invisible, avec son nez, si différent de Gogol, en carton-pâte, qui peut fondre si bien sous la pluie, la neige de Tamié, et qui est ce qui apparaît d’abord, rouge et luisant entre les pansements, qui dépasse. Sa bouche, quant à elle, dévore tout le bas de la figure. Ils lui ont demandé comment il avait pu réussir à rater l’expédition dans le Grand Magasin (celui des Marx) où l’on trouve tout, pour finir par se projeter dans des conditions pires, le degré au-dessous, dans l’antique magasin du vieillard. Pourquoi n’attend-il pas la nuit suivante ? C’est la même opposition qu’entre “Le Bonheur des Dames” et la petite boutique d’en face, ou le magasin du père Lalouette. Le bonheur, c’est comme la modernité : toute parodie en est immédiatement visible.

Publié le 19 mai 2008 dans document Cosmologie Onuma Nemon texte

Érec & Énide Mariés Alpestres - Les Orphelins Colporteurs. Ligne de l'Hospice. Automne

Date du document : 1991

Ce texte figure dans une autre version dans “Quartiers de ON !” paru en 2004 aux éditions Verticales.

L’invocation de Léopardi n’est pas pour rien dans cette cristallisation des Voix qui représente (avant le Continent O final) l’aboutissement de la Cosmologie en sa forme poétique, emportant à la fois les “États” désubjectivés, la dimension épique et une narrativité qui procède par sauts, en pointillés.
On distinguera cette Vérité, ici dite “Voix de basse, grave, noire, en même temps qu’un essoufflement de marche sur la Neige” de la Verrité, résistance du défaut du verre à la vue, présente en de multiples endroits de “Quartiers de ON !” et dont on donnera ici même une condensation.
Lucinda Véron-Féret

Chalet des Mariés Alpestres (Érec et Énide)
Chez Clotilde. Printemps
Clotilde : « Prenons galoches à taches rayées. Bouchons avec une
rissole. Un batteur soulève la batteuse avec ses reins. »
Énide : « Le requiem du requin blanc,
l’ours dans son blanc suaire,
albatros, miracle de plumes,
vastes prairies liquides de Krill…
Prends la garde près des orages
(Seules, les Nuées envisagent) ;
Voici les mythes d’autrefois,
Inexplicables de parfum,
Inouis, pullulants, sauvages.»

Désormais, à cette hauteur, toute saison a disparu, dans cet endroit qui lave l’œil de la poussière des âges filtrant le soleil à travers les yeux des morts pour en obscurcir l’éclat et qui, par une perception sporadique de détails isolés, brise les shèmes imposés faisant écran à l’émerveillement.
La présence des Mariés Alpestres, devant le chalet de Clotilde, ressemble à un transport au cerveau, une trépanation, la vrille de la mèche à l’aplomb de l’oreille dans un angle de 15° vers l’occiput. Leur retard à surgir est semblable à celui de la compréhension des ravages de l’amour. On ne peut plus y surseoir, voilà ce qu’ils disent, et cependant, à travers leur esprit, courent encore transversalement des allongements répétés, des lâchetés, des faiblesses.
“Nous répugnons à l’albinos, avec sa blancheur diffuse, à la tristesse de la ville de Lima, qui porte le deuil blanc de ses tremblements de terre, au surnaturel marmoréen de ce mort-là, aux processions du dimanche blanc de Pentecôte et à la grandeur sauvage des “Blancs Chaperons” rapportée par Froissart d’entre ses feuilletés et les résonnances des condensateurs par où sa voix passe, mais, plus encore qu’aux manteaux de neige sur l’épaule des fantômes, à cette étendue, à cette ubiquité dans le temps, mythique, à cette majesté, cette pureté, cette effroyable divinité de silence, peuplée de sens, remplie de l’absence des couleurs et de la fusion de toutes les races qu’est la Neige !”

Érec : « Laissez-moi toucher la lumière blanche
Et voir, sur la même ligne :
Le mal, moindre bien ; le bien, moindre mal.
Tenus entre les deux mains.

Dieu est un climat :
Par exemple la première chute de neige,
Un été indien,
Ou le bruit du vent contre la porte*. »
(*Beatles : “Christmas”)

Publication : “Quartiers de ON !” éditions Verticales. Le Seuil. 2004

Publié le 17 mai 2008 dans document Cosmologie Onuma Nemon texte

Corine Lepet & Tatia Mathy - Les Orphelins Colporteurs. Ligne de l'Hospice. Terre

Date du document : 1991

Texte inédit

Mario : “C’est à ce moment-là que je reçois le télégramme ne
comportant qu’un diagramme qui m’appelle auprès d’une jeune fille, Corine Lepet, résidant dans une station d’hiver près d’Innsbruck toute l’année. Le diagramme dessine l’onde de choc d’un projectile fusiforme.
Madre de Dios ! Quel flux ! S’agit-il d’une assignation (dès la page 9999 !) dans cette commune située à 1040 mètres d’altitude, ou bien du cri du fauconnier pour déloger le gibier d’un buisson, sinon de la coupure qui fait si bien communiquer deux dépressions ensemble ? Plutôt du “trobar clus”.
À travers l’écarté des feuilles : le flaquement des ailes et le cri des grues, malgré la grève.

Publié le 17 mai 2008 dans document Cosmologie Onuma Nemon texte