À Tue-Tête - Livre Poétique de Nycéphore 1964-1984 Poème n°33

Date du document : 1940

**33. À Tue-Tête

Vois, dans ce premier jour d’Allemagne dernière
**I
lluminé enfin des frises de l’Enfant
Vibrant son souffle de cristal et de lanières
etc. À : ce commencement de l’énigmatique Acrostiche trop gorgé de sang. Que signifie pour nous : “Vive le Père Cédent !” Connivence de chambrée ? Opération dentaire faite par le maréchal-ferrant comme c’était coutume ?
Les doigts pleins de sang, l’Artilleur Tesson, pris de l’énervement de tout maculer autour de lui, avec cette encre dont il est peu sûr, dont on suit l’hésitation en même temps que l’épuisement le long de la colonne d’acrostiche. (Détails sur l’original.)
Au fur et à mesure que l’encre disparaît de la plume, l’assurance semble venir un peu. C’est sûrement la première calligraphie du caporal que cette calligraphie d’Initale, le début d’une pratique, l’incision de l’incipit au milieu des attaques (ici réelles).
Avec toutes les maladresses, l’exposé de la double fragilité de celui-ci dans la Neige et toujours menacé.

I. Revay

Publié le 24 janvier 2010 dans document OGR texte