texte

Carte n°11 - Pour François Bon

Date du document : 2008

Publié le 29 Juillet 2010

De la dévoration du frère au trois
Après le deuil d’un frère, la Cosmologie Onuma Nemon s’est mise en place très tôt (même si elle s’est beaucoup modifiée dans son territoire et dans ses noms) dès l’enfance, en même temps que l’apprentissage de l’écriture, en 1954, de façon totalement immédiate, primaire et inconsciente, par une écriture à deux mains, la plus littérale qui soit, le frère resté vivant écrivant à la place du mort de sa belle écriture et de sa main droite, et pour lui-même d’une main gauchère forcée.
— Cela s’est cristallisé à l’adolescence, au moment des premiers travaux radiophoniques, sous forme d’un délire mystique, dans le surgissement de Cinq Continents : celui des campagnes, le maritime, celui de l’intérieur des maisons, celui de l’extérieur des cités, et enfin l’enfer, ramassant ce qui ne pouvait loger dans aucun autre.
— En même temps que ces Continents primitifs, une ébauche à pris corps de la Cosmologie actuelle sous la forme de Logres, pays des Ogres et territoire d’Arthur chanté par Calogrenant et défendu par Lancelot.

Ce texte a été placé en 2008 sur le site de François Bon en même temps que l’édition numérique de la première partie de Pr’Ose ! etqu‘une présentation de la Cosmologie par François Bon.
NDLR

Scribe Zéro - Présentation des États du Monde

Date du document : 2009

Publié le 29 Juillet 2010

Ni héros ni anti-héros : Zéro. Lieu vide et bulle suspensive. O nu, cerceau de feu par où s’engouffrèrent Voix et Visions, voilà ce que je suis.
Je n’ai donc rien à revendiquer, m’étant tenu à ce qui m’était donné. Je suis un scribe, rien de plus et je n’ai pas plus de mérite qu’on ne doit recevoir de récompense pour rêver.
Au fur à mesure des années, j’ai pu éclaircir certaines scènes, nommer la plupart des Voix. Certaines restant tout de même indistinctes, innommées, prises dans une fureur abstraite.

lire la suite…



Ceci était la présentation de la première version des États du Monde, modifiée depuis.

Parcours

Date du document : 2009

Publié le 28 Juillet 2010

1948 : Naissance à Cuba.
1954 : En même temps que l’écriture la Cosmologie se met en place, de façon totalement secrète.
1966 : Études de photographie, marqueterie, reliure, préparation au travail de bibliothécaire avant le choix définitif vers les arts plastiques.
De 1966 à 1968 : Production d’émissions radiophoniques hebdomadaires nocturnes avec un collectif dont les travaux sont manifestés de façon anonyme, sous plusieurs surnons, ou attribués de façon indifférente aux uns ou aux autres ; et création du premier café-théâtre de province.
Premiers essais dramatiques (sous l’influence de Jean Vauthier, rencontré alors). Représentations d’Arrabal, Gripari, Obaldia, et montages poétiques autour de la Beat Generation, le Dadaïsme, Cendrars, etc.

Travaux d’assistant-décorateur avec Andréou sur le Don Quichotte de Paisiello. Participation à Sigma (Bordeaux), et à des travaux dans le cadre du tout nouveau Service de la Recherche situé alors Centre Pierre Bourdan à Paris. Rencontres de Loys Masson et surtout Robert Ganzo. Travail hermétique.

En dehors de ça happenings, travaux de décoration théâtrale en Andalousie.

La Cosmologie se cristallise sous forme d’un délire mystique et se constitue en Cinq Continents, mais demeure une élaboration secrète.

lire la suite…

L’Exaltation, le Magnéto - Lettre à Dominique Poncet

Date du document : 2005

Publié le 28 Juillet 2010

(Lettre à Dominique Poncet. 2005.)

Cher Dominique,
À propos de l’exaltation et de la chasse (les deux sont liées !), pour poursuivre ce que je disais à Veinstein, j’utilise surtout la course, le sac ou la corde sur des temps d’une heure et plus. Didier du reste a réalisé, en 75 ou par là un des premiers enregistrements au sac de frappe, d’une telle durée, en sous-sol de béton, avec un son très métallique.
Lorsque je cours j’emporte souvent avec moi une liasse de feuillets écrits, et c’est seulement vers la fin, quand le cœur est prêt à exploser (midi, été : moment et saison du cœur), que je relis cela littéralement sur les hauts-plateaux ou à travers les pentes diagonales, entre l’horreur des Nuits et la Neige du jour. Les morceaux qui ne sont pas assez tendus tombent d’eux-mêmes. Puis je reprends l’ensemble la plupart du temps au magnétophone de poche, cette fois-ci en marchant. Quand je ne cours pas (“katas, sac, corde” suivant les saisons), je travaille aussitôt “dans la foulée” de l’entraînement : le corps “entraîne” l’écriture. Mais la nouvelle diction doit être reprise à son tour par l’écrit, car la voix et l’exaltation ne sont pas une preuve d’efficacité, de même que le bonheur d’écrire ne prouve rien de la qualité de l’écriture, comme disait à peu près Gracq. En tout cas, il y a une cadence, une prosodie explicite.

lire la suite…

Carte n°10 - Résumé pour Quimper

Date du document : 2005

Publié le 28 Juillet 2010

La Cosmologie Onuma Nemon s’est mise en place très tôt de façon primaire et inconsciente dans l’enfance par un travail à deux Mains de deux frères dont l’un disparu. Le vivant écrivait à la place du mort au moins autant que pour lui-même. Main droite, frère mort.
Ensuite à l’adolescence, ce fut l’amorce à la fois “consciente” et délirante de l’œuvre dans une première constitution en Cinq Continents liée au début du travail sonore, cinématographique et plastique.
Aujourd’hui, ces Cinq Continents se sont résumés en une formule : OGR-OR-O-HSOR-OKO.

Ce fut d’abord LOGRES (pays des Ogres chanté par Calogrenant), dévoration et apprentissage à travers plusieurs formes archaïques. C’est également ce qui demeure désormais de Nycéphore & Nicolaï injoignables (parties de corps trop éloignées les unes des autres pour qu’aucun ciment fictionnel réussisse jamais à faire joint). C’est sans doute la limite du fétiche.

lire la suite…

La Ficelle de Gutenberg - Prière d’Insérer

Date du document : 2004

Publié le 28 Juillet 2010

Il existe depuis les fondements de la typographie une façon de faire tenir les caractères de la composition manuelle d’un pavé ensemble, une seule, rudimentaire, et qui n’a pas changé depuis Gutenberg. Il suffit pour cela d’utiliser une ficelle qui enserre le bloc de plusieurs lignes sur la galée : on passe, depuis l’angle haut et gauche plusieurs fois sur le premier bout de la ficelle, et on finit par un dernier passage en dessous, nouage rudimentaire, qui permet de la retirer d’un seul coup si besoin est. Ensuite, bien sûr, le texte sera calé dans une forme et maintenu comme il convient, parmi d’autres blocs, dont des blocs-images. En attendant, si la ficelle saute, le texte tombe en pâte.

lire la suite…

Texte destiné à servir de prière d’insérer à “Quartiers de ON !”
NDLR

Carte n°9 CNAP - À propos de “Quartiers de ON !”

Date du document : 2004

Publié le 28 Juillet 2010

Pour caractériser simplement et rapidement chacun de ces trois Continents qui sont trois cris ou trois niveaux d’écriture, il suffira de dire que OGR est plutôt du côté de la division sédentaire et de l’Œil, OR du côté de la multiplication, de la distribution nomade et de la Voix, et O du côté de la soustraction et de la disparition, du Trou de réel.

lire la suite…

Présentation destinée à une aide dont (bien sûr ?) n’ont pas bénéficié l’auteur ni l’éditeur pour la réalisation de cet ouvrage.
NDLR

Comment Vous Dites ? - Projet Radio-Crâne Nocturne

Date du document : 2003

Publié le 28 Juillet 2010

— Le projet radiophonique O N ! est une des Extensions de la Cosmologie Onuma Nemon, liée à ses aspects polygraphiques et polyphoniques, au même titre que la monstration de quelques travaux plastiques originaux, la réalisation d’une ou deux “Machines Conjuratoires”, sculptures ou dispositifs de grande taille, ou les lectures publiques sans auteur faisant intervenir voix et images vidéo et cinématographiques.
— Pour cela il est essentiel qu’il puisse être réalisé au moment de la parution de l’ouvrage. Car il permet, comme le C. D. par une sorte “d’écoute optique” (Stephen Heath) une “méthode de lecture” de la structure éclatée du texte.
— Les “Nuits” seront un travail spécifique pour la Radio. Les extraits choisis sont inédits, et ne font pas partie du volume publié par les Éditions Verticales. Ils consistent dans un Monologre de La Grosse, elle-même sautant d’un registre à l’autre, changeant sans cesse de ton (on peut éventuellement utiliser plusieurs voix), mais permettant du moins, dans cette “unité” de rassembler et de “tenir ensemble” (comme la ficelle de Gutemberg autour du pavé de composition qui empèche le texte de “retomber en pâte”) des éclats issus de diverses émissions des années 50-60.

lire la suite…


Carte n°7 - Atelier Contemporain

Date du document : 2002

Publié le 27 Juillet 2010

La version ci-jointe du “Printemps d’OR”, n’a été donnée que sous forme sonore, une dizaine de fois, dans le Sud-Est de la France en 1989, puis en 1999 dans le Sud-Ouest, en particulier à Auch, à l’initiative de Clo Lestrade et de Tristram. Tout un travail ayant été effectué d’abord avec les Studios “La Buissonne”, de Pernes les Fontaines puis avec Philippe Prévôt, de l’IRCAM.
Le dispositif était constitué essentiellement de deux énormes haut-parleurs à taille humaine diffusant textes et musiques dans l’obscurité, tandis que divers “étoilements” (vidéographique, cinématographique…) venaient de façon soudaine éclairer une partie du monde en question.
Il reprenait le premier projet du “Cube de verre”, de 1986, recréant la Verrière de la Rue Sauvage (l’un des lieux de la Cosmologie) pour y projeter les différents éléments selon les Orients.

lire la suite…

Des radis de Bègles à la Rosière de Pessac - Freud. Introduction à la psychanalyse

Date du document : 1916. Traduction française S. Jankélévitch. 1922

Publié le 27 Juillet 2010

Et de Cendrars, dans L'Homme Foudroyé :
(à propos des surréalistes)
“Je n'aimais pas ces jeunes gens que je traitais d’affreux fils de famille à l’esprit bourgeois, donc arrivistes jusque dans leurs plus folles manifestations.”
(à propos de Charles-Albert Cingria et par extension de Gide)
“Ah ! Ces pédérastes (1), le pauvre et génial raté !”
(1) “Pour la définition de ce terme voir les pages 671 et 672 du Journal d’André Gide (Bibliothèque de la Pléïade. N.R.F. Paris 1941). Oh ! Chochote, que de mensonges, de complaisances, de clichés, d’hypocrisies, de crises de nerfs, de vantardises, de poses, de vanités, de larmes de crocodile, d’esthétisme, d’art, de morale dans ce journal intéressé tenu par un hystérique qui écrit devant son miroir : « Chaque pensée prend un air de souci dans ma cervelle ; je deviens cette chose laide : un homme affairé. » (page 195).
Je sors ahuri de cette lecture de 1332 pages comme si j’avais relevé les inscriptions de 1332 pissotières de Paris que sont les chapelles littéraires. André Gide : le maquereau des grands hommes. Il lui faut tout le Panthéon : Goethe, Shakespeare, Dostoïevsky, Stendhal l’Égotiste et l’exemple du Journal des Goncourt pour le mettre en train ; mais quand il y est, il enfilerait le piano, et vous le place. Quel maniaque !”
Geneviève Vivian
Des radis de Bègles à la Rosière de Pessac

Pages