OGR

La Clinique Béthanie - Livre Poétique de Nicolaï

Date du document : 1968

Publié le 6 Novembre 2017

18. La Clinique Béthanie

Plus rien qu’un tournoi sur
Une perspective abîmée ;
Têtes coupées, matinées d’or.

Cresson, canailles, confusion ;
La guerre qui du moins nous sauve
Ne fait plus aucun prisonnier.

Salves de l’écho sur les monts,
Esclandres, hoquets oniriques :
Nous voilà soumis aux gloutons,

Aux dévoreuses de bonbons.
Sous de la corne, sur de la soie,
L’Enfance est ressucitée grêle !

(lire la suite…)


La Clinique Béthanie et Le Pavillon Toussaint, bien qu'écrits à un an de différence (1967 et 1968), se répondent d'un Livre Poétique à l'autre des deux frères.

NDLR

Le Pavillon Toussaint - Livre Poétique de Nycéphore

Date du document : 1968

Publié le 6 Novembre 2017

               18. Le Pavillon Toussaint

« Ces raseurs aux fifres, aux cuivres, ce dimanche
Quels genoux d’acajou, musique pour chevaux
De bois ! Alors que je trimais dans la source
Au lavoir (simplement ne plus rien voir, par la fenêtre),
Hébétude au-delà des pluies, des gouttes, des pendeloques ;
Derrière un masque d’ours s’en viennent les chasseurs.

La splendeur d’or que les sous-bois !
Ces cavernes dans le feuillage
Par endroits vineuses, un peu rousses à d’autrefois ;
Rien du déchet dans une litanie.
« Es-tu là, Fernande la Grosse ?
— Je suis au fond de mon lit, Nany ! »

(lire la suite…)

Pan ! - Histoire Deux. Livre de Nycéphore. Antiquité

Date du document : 1976-1982

Publié le 3 Mai 2017

Histoire Deux, qui est la vision de différentes époques de l'Histoire (Antiquité, Moyen-Âge, Révolution, etc.) telle que peut la construire un écolier primaire, comprend de petits récits échelonnés de 1976 à 1982.

Pan, c’est Tout, trous de multiples flûtes (au minimum sept tuyaux !) grâce à Syrinx l’Évanouie, vers le littoral d’où les asphodèles sont des modèles nus ; Océanies et Asies non disparues !
Et il faut se souvenir de cette belle phrase enchantée d’un paysage, se souvenir de cette belle phrase offerte oubliée au bas d’un visage !
“PAN ! Toute Écriture Astarté amenée dans le secret.
Flore, poursuivie grâce aux vents légers, depuis Saint-Bruno, porte entr’ouverte du temple en sa faveur, & depuis Elle je jouis d’un Printemps Perpétuel ! PAN ! Flore, gorge de lait, prend du satin pour feuilles, et du taffetas, de la baptiste, du crêpe anelet et de la gaze pour les pétales. PAN !

(lire la suite…)

La Nappe - Histoire Deux. Livre de Nycéphore

Date du document : 1976-1982

Publié le 1 Mai 2017

La Nappe

La Nappe, voilà comment j’imagine le début du monde, avant tout nom. Mais ce connard de traquenard n’en a rien à faire, ni cette vielle pute de machine à écrire Adler, réincarnation de Chancel comme Duras l’est de Sagan, celle qu’on appelait la Thénardier avec son Jules à la mie de pain, poète à trous multiples : j’ai jamais vu Cosette, mais je connais Valjean. Ou du moins si, je comprends ce nom, c’est parce qu’ils n’arrêtaient pas de faire causette. Une niaise causette sans effet aucun.
« Docteur ! Docteur ! Je m’excuse : vous voulez bien m’acheter des mensuelles ? C’est là que j’écris mon journal. »

La Nappe, mais prise dans un mouvement… pas du tout le lac de la Tranquilité. Ça non, alors. Ça serait une tout autre hypothèse. La nuit, on réfléchit.

(lire la suite…)

La Longue Laisse (extrait) - Ulittle Nemo

Date du document : Après 1984

Publié le 17 Janvier 2017

Ulittle Nemo

Enfin une saison !

Ça faisait longtemps !

Saluons-la !

Printemps, vacarme des pins,

Champignons, bois morts, feuilles brunes.

A l’éclat de midi chanterelles orangées dans les hautes herbes vertes ;

Une autre fois les cèpes rouges surgissent au petit jour ; 

Espèce à ses pas que l’autre rate.

 

Le vrai plaisir de la descente du dos dans le lit,

D’un vert étrange : foncé, bouteille ;

Lassitude infinie alors que les enfants sont partis à l’École.

 

Même à vingt ans elle a tenu son gros ours embrassé contre elle,

Et l’autre ours noir mélancolique

Songe au fils dans le pays lointain.

La Voix, la Voix seule connaît cela que l’écriture et la parole ignorent,

La Voix vive, éternité de passage,

La seule aussi rapide que la vue,

Mais que la pensée précède.

 

Et malgré le rêve infiniment plus rapide encore,

Sur le côté j’ai vu à la frontière de la saison

Des gens ordinaires aux tenues de couleurs diverses

(Souvent de simples chemises),

Dans un geste rudimentaire,

Simplement .

 

Issa - Histoire Deux. Ncéphore

Publié le 7 Janvier 2017

 

 

Issa

Dans ce quartier plus de sabbat ni de boue : des oiseaux !

La chose à gauche, la jambe à droite,

Aucune dignité de la chair,

La langue noire,

Et des passereaux vifs !

 

Nouvelle traversée du jardin Capitan

Et sa maison des oiseaux, en compagnie de Joseph,

Avec Husserl, le roi hylétique,

Arsène, qui trime comme graveur chez Leblanc.

Et l’enfant qui le heurte dans les Arènes tombe mort.

 

On paye pour la ménagerie :

Fauves trempant dans le lac d’urine,

Anges loukoum aux ailes de carton ;

Mille menues attractions en éclipses

Dont les pharisiens si terriblement bêtes.

 

Là-bas la Fille de la Commune, nue jusqu’à la chair,

Jambes coupées, le moyeu vide,

Sur le matelas de sommeil des lettres

En Grande Truanderie.

 

(lire la suite…)

 

 

Issa fait partie du prologue poétique du recueil de nouvelles et petits récits Histoire Deux.

Delphes - Histoire Deux. Nycéphore

Publié le 1 Janvier 2017

Delphes

À l’Omphalos les Anges viennent sans maquillage

Et se dissolvent au bord des quais

Avec des fleurs dans les cheveux,

Vers la Montagne du Temple au toit de mains réunies ;

Le Temple en carton peint,

Le Palais-Gallien,

Le cortex de cristal, le total de colonnes.

 

Les Séraphins de Delphes tournent la mie de pain entre leurs doigts

Et la luplissent de lumière.

L’Archange Saint-Michel, cuivre qui résonne, hanche souple,

Vient avec son Bronica

Pour prendre la première photo de la phemme du Dieu de Delphes

Et du python qu’elle y a tué :

“Hatu Berato Niktu !”

 

(lire la suite…)

 

Le recueil de nouvelles Histoire Deux (dont des extraits figurent dans Quartiers de ON !), daté de 1984, présente plusieurs tableaux, de l'Antiquité à la Renaissance, toujours dans une version rejouée, célébration parodique ou reprise de cauchemar.

Il est précédé d'un prologue poétique : En Marche ! qui parcourt également l'histoire, ou figure ce texte.

I. Revay

Petites Proses de Nicolaï

Date du document : 1965-1970

Publié le 12 Octobre 2016

 

LES PETITES PROSES comme la plupart des recueils du continent OGR sont écrites en vis à vis, d’un frère à l’autre. On a choisi entre plusieurs versions de chaque texte généralement la dernière. On trouvera ici quelques pages du recueil de Nicolaï qui comporte une cinquantaine de poèmes en prose et qui sera bientôt disponible en pdf sur le site.

L’ouvrage date pour la majeure partie du Lycée et de la Société Secrète des Cinq Doigts (en référence à Isidore Beautrelet), groupe constitué avec entre autres Nicolas le Hongrois, dont l’activité se poursuivra jusqu’en 1968, et dont Domnique Merlet était l’organiste et l’organisateur, du temps où il habitait près du Palais-Gallien.

Isabelle Revay 

Petites Proses de Nycéphore

Date du document : 1965-1970

Publié le 12 Octobre 2016

LES PETITES PROSES comme la plupart des recueils du continent OGR sont écrites en vis à vis, d’un frère à l’autre. On a choisi entre plusieurs versions de chaque texte généralement la dernière. On trouvera ici quelques pages du recueil de Nycéphore qui comporte une cinquantaine de poèmes en prose et qui sera bientôt disponible en pdf sur le site.

L’ouvrage date pour la majeure partie du Lycée et de la Société Secrète des Cinq Doigts (en référence à Isidore Beautrelet), groupe constitué avec entre autres Nicolas le Hongrois, dont l’activité se poursuivra jusqu’en 1968, et dont Domnique Merlet était l’organiste et l’organisateur, du temps où il habitait près du Palais-Gallien.

Isabelle Revay 

Décompte de la Faim - Contes, récits, nouvelles

Date du document : Avant 1980

Publié le 4 Juillet 2013

Dans le jardin du château de Nuada, fumée s’élevant du sol et intelligence du bois (dans laquelle excédait Art), à l’abord d’un tas de vieilles tuiles et de rames brisées couvertes d’insectes morts, An Scamall s’est avancé, portant dans son cartable en peau de loup un pain fourré aux figues et des galettes de maïs parmi des carrés de porc cuit à la bière avec des noisettes. Et Sciathán Spota avec lui.
lire la suite…

Ce texte figure dans le recueil de Contes de Nycéphore, du Continent OGR. Il est tout particulièrement crypté selon la logique buissonnante de la mythologie celtique.
Les deux personnages Nuage de Son et Tache d’Aile, dont le nom est transcrit ici en gaëlique sont dans les États du Monde les enfants de René Mac Carthy, le petit-fils d’un des Quatre Grands Ancêtres (ou Chevaliers de l’Apocalypse), à savoir Auguste Mac Carthy.
On les trouve également dans une des pièces du Théâtre Lycéen.

NDLR

Pages