HSOR

Max et les Fouailleurs - À propos de l’exposition Max Schoendorff à l'URDLA

23 Juin 2011
Surréalisme.
“Il y a quelque chose de mal digéré dans le surréalisme, disait Denis Roche et c’est un stade peu important de sa digestion.” C’est sans doute l’illusion de la profondeur : celle de l’inconscient comme boîte noire autant que celle de la plupart des représentations picturales de ceux qui se réclamaient de cette école.
Au contraire chez Max on est à peine dans une épaisseur indurée de la peau, à l’endroit où se fichent les échardes ou les pinces à clamper. On est chez les fouailleurs, ceux qui crochètent les tas d’ordures à la recherche d’un aliment, les gamines du Brésil ou d’ailleurs.
Les fous sont ailleurs : ils crochètent dans le déchet en rêvant du Paradis alimentaire de Pinocchio.
“Mais quoi qu’on fasse on ne ramènera aucun trésor au jour : on ne fait que retourner de l’ordure.” me dit un parano quelconque et lyonnais. Au contraire. Et ce que les gamines cherchent, ce n’est précisèment pas de l’ordure mais un morceau de vie. Il n’y a pas à aller chercher loin : c’est ici et maintenant. C’est sans doute la leçon à tirer des révolutions arabes Facebook. À quand chez nous ? À Caen les vacances, disait Devos.

“Ça va muscler !” Le Vide de la Plaque.

À Saint-Michel, lorsque “Nez-Rouge” l’air revêche au premier pastis du matin disait “Ça va muscler !” ça voulait dire que toute cette sorte de chaos qui s’était accumulé en lui depuis quelques jours allait trouver son expression sur un lit d’hôpital… etc.

Pour lire la suite, reportez-vous au Ça Presse n°49

 
Max et les Fouailleurs

Pr’Ose ! - Champ II. Extrait.

24 Mai 2011
(Don Qui Domingo)
“Je ne vois personne. Rien n’est perdu.” selon Don Qui à l’agonie qui a vu “les endroits” pour la dernière fois. Il avait dit : Personne, non, personne. Il lui reste l’Envers ; il observe les débarcadères. Contre le carat pur, sur le Port, Les porcs portuguais de l’usure nourris à la misère de Cuba Aux grains pourris dans l’eau de mer ; Et James, le marin enculé ivre qui a cru accoucher d’un garçon. Sur la rive pétales d’or arrachés avec du sang

Les Gras arrivent au-dessus des maisons des Quais, À hauteur de l’Esplanade des Girondins, (Claquement de vertèbres, mouvement rabaissant la tête au niveau du billot.  Un détail, paille et clair, tout luisant des billets reçus, À la lettre, Le filigrane.) ;
Énormes Entre Nil et Tigre, Grosses Têtes flottantes du genre noirâtres, irrégulières de contour, un peu molles. Dont Arlequin avec son chien, Josué un peu épais qui égorge à tout va, Et l’Astronome illusionniste Qui cueille ses turquoises au Sinaï.
Donnez-nous tout sauf l’invendable ! Verreries et musiques, Bibelots, bimbeloterie… Vite, le Matin des Orgies ! Les Gras doivent être tirés de Naos vers l’Autel Et immolés !
La Messe des Gras le matin : Uniquement chier !
Leur point d’acmé, leur zénith, C’est la cagade de Midi, Jeux Floraux, Violette de fiente, Lys de merde ! Au-delà du jour : L’aboutissement de leur vie : Caguer le plus abondamment possible !
Détailler la nature des fèces, leurs strates, le feuilleté, la congruence, Le glaiseux ou le lisse, L’uniforme, le fragmenté ou l’éclaté, Le coulé simple, le diarrhhéique ou l’explosif, Celui aux senteurs retenues ou le puant atroce, L’aigre, le salin à relent sexué, Celui qui sollicite un appel vertébral Ou que gêne un embarras prostatique… Ils fumaient… l’encens s’élevait ! La vapeur infecte à l’élévation.
Parmi rituels : le déroulé du pécu Qu’ils poursuivaient tout le long de l’évacuation, Avec un rythme calculé, De sorte qu’à la fin La longueur du papier tiré coïncide avec l’essuiement correct du trou de balle. Puis ils envoient ça comme enveloppe à l’affranchissement des tripes, Paquet fourni tamponné par la chasse, Message noir destiné au Styx et à la Styxose !


lire la suite…
Publication : lekti.écriture

Pr’Ose ! - Champ I. Extrait.

24 Mai 2011
Plus de cent cinquantes textes de Pr’Ose ont été supprimés du site au profit des deux seules attaques des Champ I et II, dont l'intégralité sera bientôt publiée.
*
(Nycéphore Naskonchass)
Je suis né avec le Chant Général et mon frère Didier est mort à sa fin. Mauvaise année, année de rats, année impure.
Partons !
Le Horla est là. Et dans les yeux de l’enfant qui tête : Saint-Augustin ! Et Philippe qui se déguise en fille ! Cœur du Mort écrasé comme une orange noire Aux Douves !

Qu’ai-je à foutre de l’enfant qui tua l’Ogre Dont les morceaux dépecés furent distribués comme un porc ? J’ouvre cette page au hasard pour expliciter le Cosmos Mais avant moi au-dessus de ma tête il y a Prosper de la Forêt Noire Et encore au-dessus léchant la perruque de glace : Odin, Après le heurt des deux premiers Continents de Neige et de Feu. Mon cerveau alors devint les nuages et c’est bien plus tard pour orner ma tempe droite (Accroche-cœur autant qu’acrostiche) Que vint la boucle du Grand Mystère où crient les Oiseaux-Tonnerre.
*
(Prosper)
Qu’on me laisse partir de la fonderie du Nord, de Charleville, De Loos, des crassiers, des mines, Moi Prosper de Montigny, quitter cette manie d’écrire, la plus dérisoire des activités, Abandonner les Estelles et les Saint Georges sous les eaux de toute nature Et parmi les roseaux luisants du flanc de l’épée dans la brume, Car je ne viens pas ici pour des bagatelles de voyage.

lire la suite…

Publication : lekti.écriture

Cabrero - Les Maigres Tendres

23 Octobre 2010
Cabrero, qui devint un bon boxeur professionnel, était le compagnon de Lulu. On se reportera à l'historique des Tribus, pour les détails.
NDLR
Cabrero

Lulu & Janine - Les Maigres Tendres

23 Octobre 2010
Lulu est ici à droite, quelques mois avant sa mort, avec sa copine Janine à gauche. On se reportera à l'historique des Tribus, pour les détails.
NDLR
Lulu & Janine

Pages