DAO

Conférence d'Arles - Christian Gix

12 Octobre 2016

Le Cinéaste Christian Gix (originaire de Metz, et qui vit en Patagonie), a tenu cette conférence à Arles à propos du photographe Marc Giloux, et en particulier à propos de son ouvrage Œuvre ouverte et Polygraphie, paru au Québec.

Cette conférence sera reprise dans l'ensemble des manifestations des fameuses Rencontres de Cambrai

Front des Artistes Plasticiens 1972 - Préparation de la contestation de l’Expo Pompidou

22 Août 2015

Alain Sebag (relit le projet de Statuts) : Nous soulignons notre indépendance de tout courant politique, mais nous ne somme spas a-politiques. Les problèmes moraux liés à notre pratique nous entraînent à un rapprochement avec les groupes ouvriers.

Nave : C’est un problème de fond, et non pas de forme. Est-ce qu’il faut mettre ou non le terme socialisme dans les statuts ; il faut définir notre engagement politique.

Alain Sebag : Ce texte est le cadre minimum du F.A.P. ; c’est celui qui a été adopté lors de la dernière assemblée générale.

Nave : Dans les statuts nous avons parlé “d’association pour la défense des intérêts moraux et sociaux des artistes, sans distinction raciale, religieuse ni idéologique… pour de nouveaux rapports sociaux et culturels dans une perspective socialiste.” C’est clair !

Philippe : Ce qui est important c’est la réfutation d’un “saut qualitatif” réformiste.

Nave : C’est mal exposé. Il faut marquer notre désaccord avec la “non-distinction idéologique” (à savoir le danger d’Ordre Nouveau, de l’U.D.R. et de tout le boy-scoutisme).

X1 : “Pour le socialisme”, c’est trop vague, et ça ne signifie rien si c’est uniquement dans les statuts : c’est du beurre.

X2 : Comment définir une action socialiste ? Comment dépister les fachos ? Est-ce que vous allez demander leur carte à ceux qui viennent ? Vous définissez un idéal, mais comment le suivra-t-on ?

 
(lire la suite…)
 

Ces Lavis… - Travaux d'encre de chine de Max Schœndorff

27 Avril 2012
À la suite de l’exposition dans la galerie Mathieu de Lyon, va paraître un ouvrage consacré à ces mêmes lavis récents du cher Max, dont on donne ici les références. Dans ces lavis auto-engendrés, travail à l’éponge du soigneur et diffusion de la Nappe, on est proche de Cozens : l’univers se déploie à partir d’une tache. C’est vraiment la vie en expansion : efflorescences et ondoyances, mais sans l’organique habituel de la plupart des travaux colorés de Max Schoendorff.
Et ce sont aussi des paysages magnifiques où transparaît derrière le surréalisme tout le romantisme allemand.
O. N.
On trouvera ci-jointes en illustrations : En barque, Brand’s Haide et L’Amatrice, trois lavis sur Polyart 200 g, format 90 x 64 cm. © Pierre Aubert.
Ces Lavis…
Ces Lavis…
Ces Lavis…

Ateliers du Prieuré - Siona Brotman

21 Avril 2012
Remarquable travail d’Atelier, dans le petit village de Saint-Loubès (près de Bordeaux mais heureusement très loin des institutions officielles), de Siona Brotman (bourgeonnement de son propre travail pictural), entrepris depuis de nombreuses années, et dont on peu consulter l’Archivage en cours. On y verra des Extensions, dans un sens différent de celui de la Cosmologie O. N.
Lieu qu’est venu également hanter Joris Dijkmeijer, sculpteur et bâtisseur de géométries sacrées dont on montrera les travaux sur ce site.
Depuis peu Siona a ouvert un lieu d'exposition en annexe à cet atelier dans la chapelle Saint-Loup, une  chapelle ornée de quelques vitraux clairs d’un des derniers maîtres-verriers des environs.
Elle y a programmé entre autres une démonstration de céramique dont nous joignons le document, qui pour une fois n’a rien à voir avec les travaux d’assiettes des dentistes reconvertis de la Drôme ni les stages de poterie utilitaire de Jane Birkin ou Mick Michel : on y admire des jarres à la démesure de la maison d’Homère, et on peut même y entendre les voix des Dieux sur des disques de porcelaine.
NDLR

Pages